Diversité culturelle

Communiqués / Discours / Déclarations

La convention de l’UNESCO sur la diversité culturelle : une priorité internationale du gouvernement du Québec

La convention de l’UNESCO sur la diversité culturelle : une priorité internationale du gouvernement du Québec

Mme Monique Gagnon-Tremblay, vice-première ministre et ministre des Relations internationales du Québec - Québec, le 2 septembre 2004 - 2004/09/02

À l’occasion de la visite au Québec des membres titulaires du Weatherhead Center for International Affairs de l'Université Harvard de Boston au Massachusetts, États-Unis, Mme Monique Gagnon-Tremblay brosse devant eux un tableau général de l’évolution des relations internationales du Québec, en soulignant combien le gouvernement du Québec s’est engagé à bâtir un Québec prospère. Dans le cadre de cet engagement, les relations internationales et les représentations du Québec à l’étranger jouent un rôle essentiel. Elle soutient notamment que le gouvernement du Québec entend projeter à l'étranger les valeurs fondamentales de la société québécoise et refléter la spécificité de sa culture et de ses institutions. Au nombre des priorités internationales du gouvernement, qu’elle énumère, figure le projet de convention de l’UNESCO sur la diversité culturelle.

À cet égard, elle déclare : «Face aux tendances de la mondialisation d’homogénéiser les cultures et les systèmes sociaux, le Québec se doit de faire en sorte de préserver sa spécificité sociale, culturelle et linguistique, au cœur de son identité. Voilà pourquoi, le Québec est fort impliqué dans le dossier de la diversité culturelle. Face à la libéralisation des échanges économiques, le Québec estime que la culture, fondement de l'identité des peuples, doit faire l'objet d'un traitement distinct. Dès 1999, il s’est prononcé en faveur d'un instrument juridique international promouvant la diversité culturelle qui reconnaisse le droit des États et gouvernements de soutenir la culture par des politiques. Après avoir joué un rôle actif dans toutes les initiatives de la Francophonie pour faire admettre ce principe, le Québec se félicite que l'UNESCO étudie un projet de convention concernant la protection des contenus culturels et des expressions artistiques en vue de sa prochaine Conférence générale en 2005. Le Québec souhaite que la convention envisagée établisse un cadre juridique dynamique dans une perspective culturelle et non pas commerciale qui se situerait juridiquement sur un pied d'égalité avec les accords de commerce international. Il espère également que la convention soit dotée d'un mécanisme de règlement des différends sans lequel son efficacité serait lourdement handicapée». (Disponible en français) [79]