Diversité culturelle

Communiqués / Discours / Déclarations

Consensus sur l'urgence d'un traité de protection de la diversité culturelle, 23 octobre 2004

Au terme des 14èmes Rencontres Cinématographiques de Beaune, un large consensus, aussi bien du côté des politiques que des professionnels du cinéma, s'est dessiné pour souligner l'urgence de l'adoption du traité international sur la protection de la diversité des contenus culturels et des expressions artistiques dans le cadre de l'UNESCO. Au cours du panel portant sur "La diversité culturelle en Europe et dans le monde", le ministre français de la Culture, M. Renaud Donnedieu de Vabres, a déclaré : «Nous sommes au pied du mur». Les différents participants au débat ont souligné avec inquiétude la place grandissante du cinéma américain sur les marchés nationaux et le manque de diversité de l'offre. L'objectif de la convention en préparation à l’UNESCO est d'assurer un cadre juridique au droit des États de soutenir la création et la circulation des oeuvres aux plans national et international, afin d'éviter que la mondialisation ne menace la diversité et n'appauvrisse les expressions culturelles. Aussi, M. de Vabres soutient-il : «Il faut faire en sorte que le droit du plus faible soit protégé». En effet, ce projet de convention «a d'abord déclenché les foudres des États-Unis, qui y ont vu une forme de protectionnisme déguisé avant d'accepter de participer aux travaux tout en négociant parallèlement des traités commerciaux bilatéraux incluant les biens culturels». Cependant, à l’issue de la rencontre à Beaune du ministre français de la Culture et de M. Dan Glickman, nouveau président de la très influente Motion Pictures Association of America (MPAA - organisme regroupant les grands studios américains), les deux hommes ont affirmé dans un communiqué commun «la nécessité de la diversité culturelle dans le monde».  À cet égard, Mme Anne Hidalgo, secrétaire nationale à la Culture et aux Médias du Parti socialiste français, rejoignant les propos de M. de Vabres, déclare : «Pour nous la culture n'est pas une marchandise comme les autres». Elle reconnaît cependant que «la bataille est loin d'être gagnée, loin s'en faut». Même si les principaux points d'achoppement sont le rapport de la convention avec les autres conventions internationales, mais aussi sa valeur contraignante, l'objectif est d'adopter cette convention lors de la prochaine Conférence générale de l'UNESCO en septembre 2005. (Disponible en français) [78]