Diversité culturelle

Communiqués / Discours / Déclarations

7e Réunion ministérielle annuelle du RIPC à Shanghai : les ministres de la Culture du RIPC soutiennent le projet de convention de l’UNESCO sur la diversité culturelle et s’engagent à promouvoir la diversité culturelle

La 7e Réunion ministérielle annuelle du RIPC a clôturé ses travaux le 17 octobre dernier à Shanghai, en Chine. À cette rencontre participaient 21 ministres de la Culture et des délégués venus de 38 pays, ainsi que des organisations internationales invitées à titre d’observateurs, dont l’UNESCO, l’Organisation internationale de la Francophonie (OIF), le Conseil de l’Europe et l’Union européenne. Cette réunion du RIPC "revêt une importance particulière" dans la mesure où elle survient "au début du processus de négociation du projet de Convention de l’UNESCO sur la diversité culturelle". Au cours de cette rencontre, le ministre chinois de la Culture, M. Sun Jiazheng, a présenté une proposition en trois points sur la promotion de la diversité culturelle. D'après lui, les pays doivent protéger les vestiges culturels et renforcer la coopération dans ce domaine. Parallèlement, ils doivent promouvoir activement l'établissement d'une convention internationale sur la diversité culturelle, en héritant et développant leurs cultures nationales dans le but d'accélérer le processus de la diversité culturelle.

Tirant un bilan positif de cette réunion, la Suisse a affirmé que la déclaration finale de ce sommet constitue une "bonne base" pour la convention de l'UNESCO sur la diversité culturelle. En effet, dans ce texte, les participants se sont engagés à "appuyer l'UNESCO de toutes les façons possibles" dans la mise sur pied de cette convention. Ils ont souligné la nécessité d'adopter ce texte lors de la prochaine assemblée générale de l'organisation en 2005, "compte tenu de la rapidité de la mondialisation". La déclaration souligne de nombreux points de convergence entre les pays membres du RIPC, dont la "double nature" des biens culturels - à la fois marchande et immatérielle -, le droit des États à adopter des mesures pour protéger leurs cultures ou la nécessité d'inscrire la diversité culturelle dans le système juridique international. D'autres questions doivent encore être résolues. Pour le directeur de l'Office fédéral de la culture (OFC), M. David Streiff, cette déclaration constitue une "bonne base à présenter au Directeur général de l'UNESCO", M. Koïchiro Matsuura. Elle témoigne également de l'importance prise par le RIPC depuis sa création en 1998.

Enfin, à la clôture des travaux, le ministre chinois de la Culture a déclaré en conférence de presse que cette 7e édition du RIPC, au cours de laquelle les participants ont discuté de la protection de la culture face à la modernisation, a abouti à quatre consensus : la culture, en tant que trésor spirituel de différents pays et nations, reste une force motrice du développement dans l'avenir; soutenir davantage les pays en développement dans la promotion de leurs cultures; les peuples des différents pays doivent innover pour faire progresser leur culture nationale afin de promouvoir la diversité culturelle du monde; tous les pays doivent attacher plus d'importance au rôle de l’UNESCO, et soutenir le projet de Convention sur la protection de la diversité des contenus culturels et des expressions artistiques. (Disponible en français et espagnol)  [77]