Diversité culturelle

Communiqués / Discours / Déclarations

Le Canada, la France, le Québec et la future convention de l’UNESCO sur la diversité culturelle : "Véhiculer un discours profondément positif !"

Mme Liza Frulla, ministre fédérale du Patrimoine canadien, Paris, le 22 septembre 2004 - 2004/09/22

De passage à Paris à l’occasion de la première session de la réunion intergouvernementale d’experts relative à l’avant-projet de convention sur la protection de la diversité des contenus culturels et des expressions artistiques, Mme Frulla s'est entretenue à cette occasion avec le Directeur général de l'UNESCO, M. Koïchiro Matsuura. Elle a également évoqué le dossier, avec le ministre français de la Culture, M. Renaud Donnedieu de Vabres, de même que plus tard avec le Secrétaire général de l'Organisation internationale de la francophonie (OIF), M. Abdou Diouf. Dans une entrevue accordée au Figaro, elle a confié que: «Au Canada, la diversité culturelle est une préoccupation ancienne. Jacques Chirac lui a donné ses lettres de noblesse en la plaçant dans le cadre de l'Unesco, et en lui donnant un échéancier. Aujourd'hui, je me réjouis de voir que de plus en plus de pays rejoignent le projet. La discussion va dans le bon sens. Tout comme la société civile, nous désirons qu'elle aboutisse à une déclaration forte, qui soit contraignante, c'est-à-dire qui ait une valeur juridique à opposer à l'OMC au moment des négociations». Soulignant qu’"il est important de se doter de règles claires qui régissent les expressions culturelles" et, qu’"avec un texte fort, nous serons protégés". Mme Frulla a également soutenu, en conférence de presse, que le Québec, principal partenaire du gouvernement fédéral dans le dossier de la diversité culturelle, «pourra parfois parler au nom du Canada lors de rencontres internationales portant sur la diversité culturelle». À ses yeux, cette approche implique que la ministre de la Culture et des Communications du Québec, Mme Line Beauchamp, «s'exprimera à sa place, lorsqu'elle ne sera pas en mesure de prendre part en personne à certaines réunions à l'étranger». En effet, «depuis longtemps, rapporte la Presse canadienne, Ottawa et Québec défendent d'une "même voix" la diversité culturelle, partageant leurs experts, finançant ensemble la Coalition canadienne pour la diversité culturelle», dans le but de promouvoir une convention internationale sur la diversité culturelle. (Disponible en français)