Diversité culturelle

Communiqués / Discours / Déclarations

Rapport sur les développements à l’UNESCO

Garry Neil, Coordonnateur du RIDC, juillet 2004 - 2004/07/19

Dans son Bulletin de juillet 2004 (Vol. 5, no 7) le Réseau international pour la diversité culturelle (RIDC) publie, sous la plume de son coordonnateur,  M. Gary Neil, son rapport sur les derniers développements à l’UNESCO concernant l’élaboration du projet de Convention sur la protection et la promotion de la diversité des contenus culturels et des expressions artistiques. M. Neil souligne à cet égard qu’en juin 2004, l’UNESCO distribuait à d’autres agences des Nations Unies un texte préliminaire sur la Convention qui est le fruit de la troisième et dernière rencontre du Comité des experts. Suite aux commentaires de ces différentes agences, il semble que le texte ait déjà subi plusieurs modifications et une première version finale de l’UNESCO sortirait le 12 juillet 2004. Ce texte préliminaire sera présenté aux gouvernements pour fins de discussions et de négociations lors d’une première rencontre intergouvernementale qui aura lieu à Paris, du 20 au 25 septembre 2004. Le comité de coordination des ONG accréditées à l’UNESCO lancera une invitation pour recevoir des commentaires sur ce texte préliminaire et il aura sa propre rencontre les 15 et 16 septembre 2004 également à Paris.

À cet égard, le RIDC a adopté la stratégie suivante: le Comité de direction préparera une déclaration de principes et des informations de base pour distribution à toutes les délégations de l’UNESCO et des ONG; dans les pays où le RIDC a des membres, la lettre accompagnatrice de cette déclaration sera signée par le Secrétariat et tous les membres; pendant que le RIDC invitera fortement toutes les délégations à appuyer la proposition de Convention, il les encouragera également à travailler avec lui pour faire en sorte que le contenu de la Convention respecte les objectifs fixés.

M. Neil rappelle en outre les objectifs de base de la Convention, conçus du point de vue de la société civile : elle doit préserver la souveraineté des États membres à appuyer leurs propres artistes, leurs producteurs culturels et leurs institutions culturelles et, par conséquent, elle doit obtenir le même statut que les accords commerciaux; elle doit encourager le développement de moyens culturels et d’industries créatrices au sein des États qui, bien que possédant d’importantes traditions artistiques et expressions culturelles, n’ont pas les moyens pour pouvoir faire circuler leurs histoires, leurs musiques et leurs créations artistiques selon les canons actuels des industries culturelles; elle doit aussi prévoir des mesures concrètes pour encourager des échanges culturels plus équilibrés entre les cultures. Pour conclure, M. Neil invite tous les membres à accorder une attention particulière et immédiate aux textes préliminaires et aux documents du RIDC qui seront postés d’ici à la fin du mois.[65]