Diversité culturelle

Communiqués / Discours / Déclarations

IIIe Sommet Union européenne - Amérique latine et Caraïbes (UE-ALC): Faire progresser le partenariat stratégique - Déclaration de Guadalajara

Latin Reporters, Guadalajara, le 30 mai 2004 - 2004/05/30

25 chefs d’État et de gouvernement de l’Union européenne (UE) et les 33 d’Amérique latine et des Caraïbes (ALC) ont participé le 28 mai 2004 à leur troisième sommet à Guadalajara au Mexique. Dans une communication au Parlement européen et au Conseil portant sur les objectifs poursuivis dans le cadre des relations entre l’Union européenne et l’Amérique latine en vue de ce 3e Sommet, la Commission européenne soulignait que ce sommet devrait être celui de progrès substantiels dans deux domaines prioritaires, à savoir la cohésion sociale et l’intégration régionale, ainsi que celui du renforcement de la coopération bi régionale dans les enceintes multilatérales. Il s'agit du premier sommet de l’UE élargie et, les discussions approfondies avec les pays d’Amérique latine et des Caraïbes devront être complétées par des réunions bilatérales et régionales, dont une réunion ministérielle UE-Mercosur destinée à faire progresser les négociations en vue d’un accord d’association. La Commission indique également que d’autres mesures en faveur de l’intégration régionale et sous-régionale accéléreront la croissance économique, tout comme elles faciliteront la réalisation d’autres progrès dans le cadre du partenariat bi régional stratégique UE-ALC. En matière économique, une plus grande intégration régionale aidera la région à exploiter son potentiel et facilitera l’entrée de chacun des pays concernés sur les marchés internationaux. Au plan politique, elle permettra à l’Amérique latine de devenir un acteur plus influent sur la scène mondiale.

Ce Sommet se tient à la suite du premier sommet qui a eu lieu les 28 et 29 juin 1999 à Rio de Janeiro au Brésil et dont l’objectif était de renforcer la compréhension politique, économique et culturelle entre les deux régions, afin qu’elles instaurent un partenariat stratégique; partenariat s’articulant du reste autour de trois dimensions stratégiques: un dialogue politique fructueux, respectueux du droit international et basé sur l'attachement profond des deux régions au multilatéralisme; des relations économiques et financières solides fondées sur une libéralisation étendue et équilibrée des échanges commerciaux et des flux de capitaux; et une coopération plus dynamique et créative dans les domaines éducatif, scientifique, technologique, culturel, humain et social. Le 17 mai 2002 se tenait à Madrid en Espagne le deuxième sommet visant à consolider le processus lancé à Rio et à confirmer l'engagement des deux régions à l'égard du développement du partenariat stratégique bi régional. Ce sommet s’était notamment concrétisé par la signature de l’Accord d’association UE-Chili en novembre 2002 et la conclusion des négociations relatives au Dialogue politique et aux Accords de coopération avec l’Amérique centrale et la Communauté andine, qui ont été signés à Rome en décembre 2003. En somme, l’Union européenne est non seulement le deuxième partenaire commercial de l'Amérique latine, par ordre d'importance, mais aussi sa première source d'investissements étrangers directs  et son principal bailleur d'aide au développement.

Au terme de ce 3e Sommet, les 58 participants, chefs d’État et de gouvernement de l’UE-ALC, ont signé une déclaration, Décalaration de Guadalajara, qui salue la perspective d'un accord ambitieux entre l'UE et le Mercosur et donne «instruction aux négociateurs d'intensifier leur travail pour que le résultat soit atteint à la date cible d'octobre 2004». Ils prennent également des engagements en faveur de la diversité culturelle : «Nous convenons de promouvoir sur une base bi régionale le dialogue culturel et les secteurs qui reflètent l'identité culturelle ainsi que la diversité culturelle et linguistique et qui favorisent le développement humain comme contribution au développement durable, à la stabilité et à la paix. À cet égard, nous soutenons les négociations en cours sur une Convention sur la Diversité Culturelle à l'UNESCO». De plus, déclarent-ils : «Nous réaffirmons notre conviction que les industries culturelles contribuent fondamentalement à promouvoir l'identité culturelle et la diversité culturelle et linguistique. Nous reconnaissons également la contribution importante des industries culturelles à la promotion du développement durable. Nous étudierons les moyens d’améliorer la coopération UE-ALC et l'interaction dans ce domaine». [62] (Disponible en français, anglais, espagnol)