Diversité culturelle

Communiqués / Discours / Déclarations

Première réunion du groupe d’experts sur l’avant-projet de Convention internationale concernant "La protection de la diversité des contenus culturels et des expressions artistiques" - (DG/2003/177)

Intervention de M. Koïchiro Matsuura, directeur général de l’UNESCO, Paris, UNESCO, le 17 décembre 2003 - 2003/12/17

Le 17 décembre 2003, s’est tenue à l’UNESCO la première réunion du groupe d’experts de catégorie VI sur l’avant-projet de Convention internationale concernant "La protection de la diversité des contenus culturels et des expressions artistiques". Rappelant notamment que «la préservation de la diversité culturelle s’inscrit dans le mandat constitutionnel de l’UNESCO», M. Matsuura a indiqué que la tâche première de ce groupe d’experts est «d’entamer une réflexion préliminaire, où toutes les idées sont posées sur la table, où les objectifs, les enjeux, les directions possibles sont tour à tour évoqués, retenus, écartés». C’est au terme de cette première étape qu’interviendra, une fois obtenue l’autorisation du Conseil exécutif, «la seconde phase, celle de la discussion intergouvernementale, où tous les États membres sont invités à apporter leur point de vue et à participer à l’élaboration véritable de l’avant-projet». Concernant l’organisation des travaux au cours de cette première phase, le Directeur général a souhaité qu’ils soient scindés en «cinq domaines principaux», qui lui semblent «appréhender globalement les enjeux de la future convention : ses objectifs; la définition et le champ d’application de la protection de la diversité culturelle et des expressions artistiques; les relations de la future convention avec d’autres instruments internationaux, en particulier l’Accord général sur le commerce des services (AGCS) et l’Accord sur les aspects des droits de propriété intellectuelle qui touchent au commerce (ADPIC) de l’Organisation mondiale du commerce (OMC); les mécanismes de la coopération et l’assistance internationale; et enfin les mécanismes de suivi devant servir de base à son application». À cet égard, M. Matsuura a notamment invité les participants à faire preuve de «la plus grande liberté d’esprit, la plus vive imagination, pour que puissent émerger des solutions nouvelles qui puissent répondre aux attentes si fortement exprimées». Il a également exhorté les participants à garder «constamment à l’esprit (…) les termes de la résolution 32 C/34 de la Conférence générale, qui constitue l’unique mandat que m’ont confié les organes directeurs, et auquel je tiens à me conformer à la lettre». [42] (Disponible en français seulement)