Diversité culturelle

Communiqués / Discours / Déclarations

Le combat pour la diversité culturelle continue: "Nous pouvons tous nous réjouir de l’adoption de la Convention sur la diversité des expressions culturelles, mais les prochaines étapes sont toutes aussi cruciales"

Line Beauchamp, ministre de la Culture et des Communications du Québec, Lyon, le 5 décembre 2005 – 2005/12/05

C'est ce matin à Lyon que la ministre de la Culture et des Communications du Québec, Mme Line Beauchamp, a procédé à l'ouverture du colloque "Le combat pour la diversité culturelle", en présence du Secrétaire général de la Francophonie, M. Abdou Diouf, et du président du Conseil régional Rhône-Alpes, M. Jean-Jack Queyranne. Ce colloque, conçu par le Centre Jacques Cartier, est organisé dans le cadre de ses dix-huitièmes Entretiens qui se déroulent cette année du 2 au 7 décembre à Lyon. Outre ce thème, d'autres rencontres porteront aussi bien sur la recherche scientifique que sur les grands enjeux de société.

Le colloque se décline sur les trois axes suivants: Le combat pour la diversité culturelle, une des réponses au processus de mondialisation? Les enjeux de la diversité culturelle au Nord et au Sud; La convention sur la diversité des expressions culturelles: quelles perspectives d’avenir? Ces axes comprennent autant de thèmes sur lesquels interviendront de nombreux conférenciers provenant de milieux universitaire, culturel et économique du Québec, de France, des Amériques et d’Europe.

Ce colloque vise justement, d'une part, à faire le point sur l'adoption de la Convention par l'UNESCO le 20 octobre dernier et, d'autre part, à favoriser sa ratification par le plus grand nombre d'États et sa mise en œuvre dynamique. La ministre Beauchamp a saisi cette occasion pour rappeler l’importance des étapes à venir, dont celle de la ratification par le plus grand nombre d’États de même que la mise en œuvre et le suivi de la Convention. Aussi, faisant un bilan de cette mission, elle souligne: « Pendant ce colloque qui a réuni de nombreux intervenants clés de l’adoption de la Convention par l’UNESCO, nous avons fait un pas de plus dans la mobilisation des efforts en fonction des étapes à venir, soit la ratification de la Convention par le plus grand nombre d’États et sa mise en œuvre dynamique ».

À cet égard, la ministre Beauchamp a « salué la fructueuse collaboration franco-québécoise qui, comme pour l’élaboration et l’adoption de la Convention, devait s’avérer un succès pour les étapes à venir ». En outre, elle a notamment rendu publique l’étude sur les perspectives d’action relatives à la mise en œuvre de la Convention, réalisée par M. Ivan Bernier, professeur émérite à la Faculté de droit de l'Université Laval et membre du groupe d'experts indépendants ayant élaboré l'Avant-projet de la convention, avec la collaboration de Mme Hélène Ruiz-Fabri, professeur à l'Université de Paris I-Panthéon Sorbonne. Cette étude propose du reste des suggestions: sur le calendrier à respecter en fonction de la prochaine Conférence générale de l'UNESCO de 2007; sur la composition et les travaux que pourrait engager la Conférence des Parties; sur les enjeux spécifiques qui pourraient être pris en compte par le Comité intergouvernemental.