Diversité culturelle

Communiqués / Discours / Déclarations

La Convention sur la diversité des expressions culturelles à l’UNESCO: " À notre génération revient aujourd’hui d'inscrire dans le droit international que les œuvres d'art et de l'esprit ne peuvent être considérées comme des marchandises "

Renaud Donnedieu de Vabres, ministre de la Culture et de la Communication de France, Paris, 4 octobre 2005 – 2005/10/04

Dans son discours prononcé dans le cadre de la 33 eConférence générale de l'UNESCO, le 4 octobre dernier à Paris, le ministre français de la Culture, M. Renaud Donnedieu de Vabres, a indiqué que « l'une des réponses fondamentales au défi du terrorisme et à la violence de notre temps tient dans la culture et dans la préservation de la diversité des identités culturelles. Ce qui est en jeu dans le projet de convention qui est soumis à votre approbation, ce sont en effet les conditions d'une relation pacifique et confiante avec l'autre, c'est-à-dire la reconnaissance de l'altérité, la conscience d'une profonde égalité en dignité des cultures, la foi dans la liberté des artistes et des créateurs, des peuples et des sociétés, d'exprimer ce qui fait leur être et leur vision du monde » .

Soulignant le sens de la convention que la France souhaite l’adoption, le ministre de Vabres a affirmé: « À notre génération revient aujourd’hui d'inscrire dans le droit international que les œuvres d'art et de l'esprit ne peuvent être considérées comme des marchandises. À notre génération revient aujourd’hui de décider qu’en notre époque où tout s'échange, où tout peut devenir objet de commerce, nous devons donner à la culture une place particulière, conforme à la dignité de l'être humain (…). Ce message, ce n'est pas celui du repli identitaire, ce n'est pas la tentation de la fermeture et des particularismes qui justifieraient toutes sortes de violences et de fanatismes (…). Créée pour servir son unité, l’UNESCO doit maintenant sauver la diversité du monde », a indiqué le ministre qui, à cet égard, a déclaré : « Aujourd’hui, nous avons la responsabilité de franchir une nouvelle étape de notre action commune, pour faire de cet héritage notre projet. En adoptant la convention sur la diversité culturelle, écrivons ensemble cette nouvelle page de l’histoire de l’esprit. La reconnaissance de la diversité n’est pas uniquement un projet culturel. C’est une ambition politique, fondement même de la paix dans le monde d’aujourd’hui » .