Diversité culturelle

Communiqués / Discours / Déclarations

Convention de l'UNESCO: « Il faut maintenant s’efforcer de rallier une forte majorité en vue de son adoption en octobre » - Le point sur la mobilisation au Canada

Coalition canadienne pour la diversité culturelle, Montréal, juillet 2005 – 2005/07

Le Bulletin Info Coalition dans son édition de ce mois fait le point sur le soutien et la mobilisation au Canada en faveur du projet de Convention sur la protection et la promotion de la diversité des expressions culturelles. Il rapporte notamment qu'à l'occasion de la rencontre internationale des ministres de la culture tenue les 11 et 12 juin à Madrid, en Espagne, le Canada s’est fermement prononcé contre une réouverture des négociations sur le projet de Convention de l’UNESCO sur la protection et la promotion de la diversité des expressions culturelles. La ministre du Patrimoine canadien, Mme Liza Frulla, a pris l'engagement de rallier des appuis en faveur de ce projet de convention sur la scène internationale. Cet engagement se situe dans le prolongement de la campagne qu’elle a menée avant la troisième session de négociations dont notamment la rencontre qu'elle a eue avec le corps diplomatique à Ottawa, le 16 mai (voir notre Bulletin no 15 du 24 mai 2005). Au cours de cette rencontre, elle a approfondi des thèmes où elle situe l’effort du Canada pour faire adopter une convention internationale à l’UNESCO comme faisant partie intégrante d’une stratégie en sept points pour assurer la souveraineté culturelle du pays.

Pour sa part, le ministre des Affaires étrangères, M. Pierre Pettigrew, a affirmé que le Canada mettra le réseau de ses ambassades à contribution pour rallier des appuis en faveur du projet de convention à l’UNESCO. Aussi, a-t-il déclaré que les Canadiens pouvaient «compter sur la diplomatie canadienne partout dans le monde pour faire la promotion de ce progrès, qui reflète exactement les priorités dont nous avons fait la promotion, en harmonie avec le gouvernement du Québec. Nos ambassades s'assureront qu'un grand nombre de pays nous suivront dans cette voie magnifique ». Par ailleurs, dans son discours, fondé sur l'Énoncé de politique internationale du Canada publié le 19 avril, M. Pettigrew a soutenu que si le dynamisme de l’économie de marché, notamment par le commerce international, est un moteur essentiel de développement pour tous les pays, nous devons par contre « veiller à ce qu'une éthique de la conscience lui fasse contrepoids »: « J’ai souvent dit qu’on doit donner un visage plus humain à la mondialisation. Le combat que livrent les gouvernements du Canada et du Québec pour la diversité culturelle témoigne de l’importance de notre action». En soulignant l’engagement du gouvernement canadien à promouvoir la Convention, le ministre a également rendu hommage à l’action menée par la Coalition canadienne pour la diversité culturelle « qui fait la promotion de la Convention et de l’importance de la diversité culturelle à l’échelle internationale » et qui « mobilise les appuis internationaux nécessaires » à son élaboration et à son adoption.

Dans la même foulée, le Bulletin souligne la motion adoptée à l'unanimité par l'Assemblée nationale du Québec dans laquelle la ministre des Relations internationales, Mme Monique Gagnon-Tremblay, mentionne que le texte de la Convention adopté à l'issue des travaux de la 3e réunion intergouvernementale d'experts répond aux « objectifs principaux du Québec »: « Dans son état actuel, ce texte mérite certainement d'être défendu par tous ceux qui ont à cœur la diversité des expressions culturelles (…).Nous devons en conséquence maintenir, voire accentuer nos efforts de mobilisation afin d'obtenir une adhésion maximale des pays membres de l'UNESCO et, ultimement, l'adoption de la Convention sur la diversité des expressions culturelles au terme de la Conférence générale de l'UNESCO, en octobre prochain», a-t-elle déclaré.

C'est aussi le point de vue de la ministre de la Culture et des Communications, Mme Line Beauchamp, qui réitère, à l'issue de sa participation à la rencontre de Madrid, l'importance de « redoubler d'ardeur pour préserver l'avantage stratégique dont nous disposons (…). Nous avons encore à convaincre des États indécis et surtout à maintenir les appuis. Au cours des prochains mois, nous allons poursuivre la mobilisation et maintenir le cap afin que le projet de Convention soit adopté en octobre 2005». À cet égard, la ministre soutient notamment que « Ce projet de Convention propose un compromis raisonnable qui rallie une très grande majorité d'États membres de l'UNESCO. Il jette les bases politiques et juridiques d'un instrument qui comblera un vide» (voir notre Bulletin no 19 du 20 juin).

Sur la même lancée, la ministre de la Culture de l’Ontario, Mme Madeleine Meilleur, a affirmé sans équivoque l’appui du gouvernement ontarien à cette initiative le 16 mai dernier, à l'occasion d’une table ronde sur le thème de la campagne visant l’élaboration et l’adoption de la Convention à l’UNESCO: « La Convention est particulièrement importante pour nos industries culturelles, telles que l’édition de livres et de magazines, la production de films et d’émissions de télévision, le théâtre, l’enregistrement sonore et les nouveaux médias. Car ces industries sont celles qui risquent le plus d’être affectées par les accords commerciaux (…). Nous voulons nous assurer que la Convention contient des dispositions qui clarifient et harmonisent ses relations avec les traités commerciaux existants, ainsi que la nature des mécanismes de règlement des différends (…). Je sais que nous tous, ici réunis, nous entendons sur un principe fondamental: le droit du Canada et de tous les pays, de prendre des mesures pour soutenir les artistes et les créateurs dans toutes les formes d’expression culturelle », a-t-elle conclu. [05-24]