Diversité culturelle

Communiqués / Discours / Déclarations

« Un large appui international se confirme en faveur de la diversité culturelle, mais il nous faut redoubler d'ardeur pour préserver l'avantage stratégique dont nous disposons »

Line Beauchamp,  ministre de la Culture et des Communications du Québec, le 14 juin 2005 – 2005/06/14

Au retour d’une mission à Madrid où elle a participé à la Rencontre internationale des ministres de la Culture en faveur de la diversité des expressions culturelles, la ministre de la Culture et des Communications, Mme Line Beauchamp, dresse un bilan positif des discussions qui ont confirmé le large appui international en faveur du  projet de Convention sur la protection et la promotion de la diversité des expressions culturelles issu de la 3e Session de la réunion intergouvernementale d'experts de l’UNESCO: « C'est une autre étape importante que nous venons de franchir. Les 70 États présents, dont 45 étaient représentés par des autorités ministérielles, ont conclu comme nous qu'il s'agit d'un bon document et ils appuient le travail réalisé. Ce projet de Convention propose un compromis raisonnable qui rallie une très grande majorité d'États membres de l'UNESCO. Il jette les bases politiques et juridiques d'un instrument qui comblera un vide », déclare la ministre dans son discours devant ses homologues.

Elle ajoute notamment: « Avec ce texte, nous sommes convaincus d'avoir atteint un équilibre réaliste. On y retrouve en effet les objectifs essentiels que le Québec défend quant aux droits des États et des gouvernements de soutenir leur culture et quant à la confirmation de la nature spécifique des biens et des services culturels. On y lit également l'affirmation explicite que la Convention ne sera pas subordonnée aux autres engagements internationaux et l'existence de mécanismes de suivi et de règlement des différends qui permettront à la Convention de prendre son essor et de devenir l'instrument international de référence en matière de culture ». « On doit se réjouir aussi que la nécessaire solidarité internationale ait été prise en compte », affirme la ministre qui souligne aussitôt qu'« il reste encore beaucoup de travail à faire afin de consolider les appuis à ce projet de Convention ». Aussi insiste-t-elle, à l'adresse de ses homologues, qu'« il importe de conforter nos appuis dans nos propres rangs, auprès de nos collègues ministres et auprès de nos chefs d'État et de gouvernement, pour que notre position soit claire et unanime, et ce, à tous les niveaux (…) Il nous faut redoubler d'ardeur pour préserver l'avantage stratégique dont nous disposons. Nous avons encore à convaincre des États indécis et surtout à maintenir les appuis. Au cours des prochains mois, nous allons poursuivre la mobilisation et maintenir le cap afin que le projet de Convention soit adopté en octobre 2005 ».

Tout en saluant le rôle de la société civile et notamment des coalitions pour la diversité culturelle qui « poursuivent leur efficace et constant travail de persuasion », Mme Beauchamp soutient également que «l’État doit assurer des conditions propices à la création et faire en sorte que–dans le respect de la liberté artistique–les expressions culturelles s'épanouissent et contribuent au développement de nos sociétés ». Selon elle, « Le fait d'assumer et de défendre cette responsabilité n'est pas incompatible avec notre ouverture au libre échange. Bien au contraire. Car le Québec, tout comme le Canada, est résolument en faveur de l’ouverture des marchés. La nuance repose simplement sur le fait que les expressions culturelles ne peuvent être assimilées à des seuls objets de commerce. Les biens et services culturels sont également des véhicules de culture, d'identité et d'un imaginaire propre ». [05-19]