Diversité culturelle

Communiqués / Discours / Déclarations

Rencontre internationale des ministres de la culture à Madrid – Déclaration de Madrid en faveur de la diversité culturelle

Ministère de la Culture de l'Espagne, Madrid, le 12 juin 2005 – 2005/06/12

Les délégués à la Rencontre internationale des ministres de la Culture à Madrid ont donné un appui massif à la Déclaration de Madrid en faveur de la diversité culturelle et ont lancé un appel pour l'adoption définitive du projet de Convention de l'UNESCO sur la protection et la promotion de la diversité des expressions culturelles à la 33e Conférence générale de l'UNESCO qui aura lieu en octobre 2005 dans les termes recommandés lors de la 3e Session de la réunion intergouvernementale d'experts.  Par ailleurs, ils ont exprimé leur appui à l'UNESCO dans le processus d'approbation de la Convention et ont invité leurs homologues des autres pays à souscrire à cette Déclaration qui énonce que les éléments fondamentaux de la future Convention doivent être les suivants:

  • La reconnaissance de la spécificité et de la dualité des biens et des services culturels qui sont à la fois des vecteurs essentiels de la diffusion des œuvres d'art et de l'esprit et des objets de commerce.
  • Le droit souverain des États à adopter des mesures pour la protection et la promotion de la diversité des expressions culturelles.
  • Le rôle fondamental de la diversité culturelle comme facteur de soutien au développement durable, notamment dans les pays en voie de développement.
  • La nécessité de donner à la Convention une place adéquate et légitime dans l'ordre juridique international, ce qui implique qu'elle ne devrait être subordonnée à aucun autre instrument juridique international.
  • Le respect par les dispositions de la Convention du régime applicable aux droits de l'homme internationalement garantis.
  • La reconnaissance de la diversité culturelle comme facteur de dialogue et de connaissance mutuelle et comme clef de voûte dans l'établissement d'une alliance entre civilisations.

Lors de cette rencontre qui a mobilisé les responsables de 71 pays, dont 45 ministres de la Culture, ceux du Chili, de l'Argentine et du Mexique, entre autres, ont dit l'importance de faire adopter cette Convention en octobre 2005, malgré que d'autres pays, comme les États-Unis, Israël, l'Australie et le Japon ne sont pas, au moins pour l'instant, d'accord avec certaines propositions de la Convention, comme le rapporte le quotidien El País. Selon la ministre espagnole de la Culture, Mme Carmen Calvo, des modifications pourraient être apportées au projet dans la perspective de son approbation à la Conférence générale de l'UNESCO. Il reste d'ici à octobre pour travailler avec ces pays afin d'arriver à un consensus. Selon elle, cette déclaration ne constitue pas un frein à la libre circulation ni un renforcement des barrières protectionnistes. De même, elle dit être convaincue que « le siècle que nous vivons doit être celui de la recherche des équilibres et de l'harmonie, dans laquelle la culture doit se transformer en facteur de développement humain et de rééquilibre ». Le ministre brésilien de la Culture, M. Gilberto Gil, quant à lui a revendiqué que l'on reconnaisse la culture des petits pays et souligné que le concept de diversité culturelle doit transcender celui de la guerre et de l'incompréhension: « Il est primordial de s'engager vis-à-vis des nouvelles générations pour protéger et promouvoir la richesse de la diversité culturelle existant encore sur notre planète ». [05-19]