Diversité culturelle

Communiqués / Discours / Déclarations

UNESCO – 3e session de la réunion intergouvernementale d’experts: « Que cette réunion reflète la mesure de l'engagement des États, un engagement ouvert, généreux et conscient des enjeux posés à la diversité culturelle »

Koïchiro Matsuura, Directeur général de l'UNESCO, Paris, le 25 mai 2005 – 2005/05/25

Le Directeur général, M. Koïchiro Matsuura, a procédé, le 25 mai 2005, à l'ouverture de la troisième session de la réunion intergouvernementale d'experts sur l'avant-projet de convention sur la diversité des contenus culturels et des expressions artistiques. Cette session va réunir, pendant dix jours - du 25 mai au 4 juin - près de 500 experts venus de 130 pays, 2 observateurs, 6 représentants d'organisations intergouvernementales et 19 d'organisations non gouvernementales.

Après avoir salué l'effort remarquable et l’immense travail accomplis depuis la première session, M. Matsuura a souligné dans son allocution d'ouverture « le caractère particulier, exceptionnel et décisif, de cette troisième session » et les grands enjeux de ce débat: « c’est au cours des dix jours qui viennent que l’avant-projet de Convention devra être finalisé, qui porte donc en lui non seulement sa propre finalité, mais une responsabilité plus grande encore, celle de parachever un dispositif beaucoup plus large, qui touche à la diversité culturelle dans son ensemble (…) Il est clair que l'enjeu de cette réunion sera d'établir des compromis entre les positions encore divergentes entre certains pays ». À l'adresse du Président de la réunion intergouvernementale, M. Kader Asmal, à qui il a rendu hommage pour l'immense effort qu'il a fourni en vue de présenter une nouvelle base de travail, M. Matsuura a déclaré: « J'ai confiance en sa sagesse et son expérience, il saura sans aucun doute vous aider à trouver la voie du consensus ».

Livrant les résultats de la dernière réunion et présentant les documents de travail de la session, à savoir le texte « composite » et le texte « consolidé » de l'avant-projet de convention, M. Matsuura a rappelé que l'UNESCO, seule Organisation du système des Nations Unies ayant mandat dans le domaine culturel, doit « de toute évidence traiter d'une question qui n'était pas encore couverte par les instruments existants, et pourtant cruciale au regard de la diversité culturelle : celle des contenus culturels et des expressions artistiques », afin de parfaire et compléter son « large éventail d'instruments normatifs participant, chacun selon une approche spécifique, à la préservation de la diversité culturelle » et répondre aux défis posés par la Déclaration universelle de l'UNESCO sur la diversité culturelle. Il a conclu son intervention en souhaitant « que cette réunion reflète la mesure de l'engagement des États, un engagement ouvert, généreux et conscient des enjeux posés à la diversité culturelle ». [05-16]