Diversité culturelle

Communiqués / Discours / Déclarations

Nouveau fonds d’aide à l'innovation télévisuelle : un engagement en faveur de la diversité culturelle

Renaud Donnedieu de Vabres, ministre français de la Culture et de la Communication, le 13 avril 2005

Dans cette édition du Figaro, Paule Gonzalès rapporte qu’à l'occasion de la 42e édition du marché international des programmes télévisuels (MIPTV), qui s’est tenue à Cannes jusqu'au 15 avril dernier, le ministre de la Culture et de la Communication, M. Renaud Donnedieu de Vabres, a tenu à compléter son dispositif d'aides à la production par la mise en place d’un fonds d'aide à l'innovation télévisuelle. Cette décision fait suite à l'annonce faite auparavant d'un crédit d'impôt en faveur de ce secteur et de la mise en place de fonds régionaux. Après « les dispositions fiscales et juridiques, voici donc venir l'aide à la créativité elle-même », déclare M. de Vabres. Selon le ministre, l’enjeu prioritaire est de « financer au mieux la production audiovisuelle, doper les contenus français et européens afin de leur donner la compétitivité indispensable pour affronter l'ère très concurrentielle du numérique (…). Ce dispositif qui existe déjà pour le cinéma est conçu pour éviter le piège de la standardisation et de l'uniformisation des programmes en un temps où le public n'a jamais autant eu besoin de diversité ».

De plus, en réaffirmant son attachement à la diversité culturelle et à la circulation des oeuvres, M. de Vabres répond dans le même temps à une polémique qui agite le monde de la production, et plus particulièrement celui du cinéma. L'assouplissement des conditions d'accès des capitaux extra-européens au compte de soutien au septième art divise en effet profondément la profession. Pour le ministre, un tel dispositif, s'il voit le jour, « n'aura jamais pour vocation d'organiser la déferlante de Hollywood dans notre pays, mais il doit permettre une production équilibrée et la préservation des emplois du secteur ». Le ministre estime notamment que le futur dispositif ne sera pas incompatible « avec la politique culturelle menée au niveau européen » et a peu de chance d'être battu en brèche par la Commission européenne. Il rappelle en effet que les 25 pays membres et leur ministre de la Culture ont signé « une charte en faveur de la diversité culturelle, laquelle est d'ailleurs inscrite dans la future Constitution européenne ». Cet engagement sera d'ailleurs défendu devant l'UNESCO au nom de toute l'Europe. Il constituerait la meilleure défense des systèmes d'aides mis en place dans chacun des États, souligne Mme Gonzalès. [05-10]