Diversité culturelle

Communiqués / Discours / Déclarations

La France appelle l'Europe à ratifier la Convention de l'UNESCO sur la diversité des expressions culturelles

Le 29 août dernier, en visite à Helsinki, le ministre français de la Culture et de la Communication, M. Renaud Donnedieu de Vabres, a jugé "urgente" la ratification par les États membres de l'Union européenne (UE) de la Convention sur la protection et la promotion de la diversité des expressions culturelles. Pour ce faire, il a indiqué qu'il proposerait à la Finlande qui, comme la France, a complété son processus de ratification au plan interne, d'adhérer officiellement à la Convention sans attendre que les autres États membres de l'UE aient achevé leur processus de ratification. Il a également souligné que l'Espagne, le Luxembourg, l'Italie, l'Autriche, Malte et la Suède sont les pays de l'UE les plus proches de la ratification.

Le ministre de Vabres a notamment rappelé que cette Convention a pour « objet principal d'affranchir les diverses "expressions culturelles" des règles régissant le commerce international, faisant ainsi de la culture une exception pouvant être subventionnée par les États ». À cet égard, évoquant les obstacles qui expliqueraient la lenteur du processus de ratification dans certains pays, le ministre a évoqué des pays qui "sont à la manœuvre pour freiner" la ratification de la Convention. On rappelle notamment que « les États-Unis, qui s'étaient déclarés déçus après le vote écrasant à l'UNESCO en faveur du texte, avaient annoncé qu'ils tenteraient d'agir auprès des pays l'ayant signé pour empêcher sa ratification et, à défaut, son utilisation abusive ».

Il convient également de rappeler que le Président de la République française, M. Jacques Chirac, s'est résolument engagé dans une vaste mobilisation afin d'accélérer le nombre de ratifications de la Convention en adressant le 12 juillet dernier une série de lettres concernant la ratification de cette Convention au Président du Conseil Européen, au Président de la Commission européenne, au Directeur général de l'UNESCO, au Secrétaire général des Nations Unies (ONU), et au Secrétaire général de l'Organisation internationale de la Francophonie (OIF) (voir notre Bulletin du 14 août).

Sources: