Diversité culturelle

Communiqués / Discours / Déclarations

Les gouvernements du Canada et du Québec rencontrent la Coalition canadienne pour la diversité culturelle afin de préparer la mise en œuvre de la Convention sur la protection et la promotion de la diversité des expressions culturelles

L’honorable Beverley J. Oda, ministre du Patrimoine canadien et de la Condition féminine, et l’honorable Line Beauchamp, ministre de la Culture et des Communications du Québec, ont présidé, le 12 février 2007, à Ottawa, à la 4e Table ronde sur la diversité des expressions culturelles Canada-Québec-société civile, en présence des représentants de la Coalition canadienne pour la diversité culturelle. Cette rencontre a permis de faire le point sur les étapes à venir afin d’assurer la mise en œuvre de la Convention sur la protection et la promotion de la diversité des expressions culturelles. Le communiqué émis à cette occasion précise que les ministres Oda et Beauchamp et les membres de la Coalition ont aussi convenu de collaborer pour assurer le succès des premières étapes de la mise en œuvre de la Convention. Ils ont souligné l’importance de la première Conférence des Parties, qui doit se tenir au printemps 2007. De plus, précise le communiqué, ils ont exprimé leur volonté de voir cette assemblée investir promptement le Comité intergouvernemental de son mandat pour que celui-ci entame sans tarder les travaux relatifs à la mise en œuvre de la Convention.

Par ailleurs, dans un article de La Presse Canadienne diffusé vendredi le 9 février 2007, on apprend que le Canada compte être membre du premier comité intergouvernemental dont la composition devrait être déterminé lors de la première conférence des Parties de la Convention. Selon La Presse Canadienne, la ministre du Patrimoine canadien, Mme Bev Oda, a d'ailleurs indiqué son intention de travailler à ce que la première réunion de ce comité ait lieu en territoire canadien. Cet événement pourrait se tenir dès l'automne prochain.

Parlant de la Convention, l’article de La Presse Canadienne souligne que « ce traité permet aux États de subventionner et de protéger leur culture en dépit des règles du commerce international. La convention à laquelle les États-Unis se sont toujours opposés permet notamment l'imposition de quotas de contenu local à la radio et à la télévision. »

Source :