Diversité culturelle

Communiqués / Discours / Déclarations

Première session extraordinaire du Comité intergouvernemental pour la protection et la promotion de la diversité des expressions culturelles

Le Directeur général de l’UNESCO, M. Koïchiro Matsuura, a ouvert, le 24 juin 2008 au siège de l’UNESCO, la première session extraordinaire du Comité intergouvernemental pour la protection et la promotion de la diversité des expressions culturelles. Le président du Conseil exécutif, M. Olabiyi Babalola Joseph Yaï, assistait à cette cérémonie d’ouverture.

Dans son allocution, M. Matsuura a souligné « l’intérêt considérable » et les attentes que la communauté internationale place dans la Convention de 2005, ce dont témoigne sa ratification « à une cadence soutenue » par désormais 84 États parties. Il a insisté sur l’importance qu’il y a désormais à disposer de directives qui permettront de « livrer toutes les promesses de cette Convention ».

La réunion extraordinaire avait pour objet d’examiner cinq documents de substance, dont quatre concernent les directives opérationnelles qui devront être soumises, en forme finalisée, à la seconde session ordinaire du Comité, en décembre prochain.

Le premier concerne les mesures pour promouvoir et protéger les expressions culturelles et la coopération internationale dans les situations de menace grave contre les expressions culturelles. Le deuxième document est consacré aux partenariats. Le troisième est consacré au rôle et à la participation de la société civile, dont la Convention souligne expressément l’importance. Le quatrième concerne le Fonds international pour la diversité culturelle. Le communiqué de presse de l’UNESCO note qu’il s’agit là d’un rapport intérimaire fondé sur les contributions des parties, sur les priorités et les modalités d’utilisation des ressources du Fonds. Concernant le Fonds, M. Matsuura a précisé que pour les années 2007-2008, les contributions versées s’élèvent à environ 440 000 dollars (Andorre, Brésil, Québec, Finlande, France, Monaco et Sainte-Lucie) et les contributions annoncées devraient dépasser un million de dollars (Afrique du Sud, Allemagne, Cameroun, Canada, Chine, Espagne, Inde, Italie, Jamaïque, Mexique, Uruguay. Enfin, ajoute le communiqué, le comité avait également pour objet d’examiner un rapport intérimaire concernant la sélection des experts et les termes de référence pour les rapports sur le traitement préférentiel.

En conclusion, le Directeur général s’est déclaré « convaincu que toutes les Parties à la Convention auront à cœur d’en traduire les principes dans la réalité, et d’encourager le dialogue entre les cultures afin d’assurer des échanges culturels plus intenses et équilibrés dans le monde », comme y invite son article premier ». « Cette Convention est un instrument novateur, qui va demander beaucoup d’imagination et de créativité pour une mise en œuvre qui puisse profiter réellement à tous. (…) Vous aurez donc la lourde mais exaltante charge de développer une compréhension commune de ces principes et de doter la Convention d’orientations qui rencontrent l’adhésion de tous », a-t-il déclaré.

Source :