Diversité culturelle

Communiqués / Discours / Déclarations

La ministre Christine Albanel se dit très préoccupée par les négociations entre l’Union européenne et la Corée du Sud

Sous le titre « Albanel proteste contre un accord entre l’Europe et la Corée du Sud », le magazine français Le Point relate, dans son site Internet, les propos que lui a confiés, le 18 mars dernier, la ministre de la Culture de France, Christine Albanel.

« L’État français est très préoccupé par les conditions dans lesquelles se déroulent les négociations entre l'Union européenne et la Corée du Sud. La Commission de Bruxelles n'a pas de mandat pour signer cet accord dans des conditions qui menacent la diversité culturelle » a déclaré la ministre.

« La ministre de la Culture, précise-t-on dans l’article, entend faire part de sa plus vive préoccupation et considère que l'État français ne peut pas accepter un protocole de libre-échange qui aboutirait à laisser pénétrer en Europe des productions européo-coréennes de manière injustifiée. Selon la France, la négociation actuellement menée pose de nombreux problèmes. Sur la forme d'abord : les négociateurs de Bruxelles ont mélangé au sein des mêmes discussions un accord de libre-échange industriel (abaissement des tarifs douaniers, notamment sur l'automobile) avec la signature d'un protocole de coopération culturelle. Ce mélange des genres n'est pas conforme à la Convention de l'Unesco sur la diversité culturelle qui prévoit explicitement que l'audiovisuel et la culture doivent être sortis des négociations commerciales, précisément pour ne pas servir de monnaie d'échange ». Le texte intégral de cet entretien est disponible dans le site INFO LEPOINT.FR

Au même moment, la Coalition française pour la diversité culturelle réitérait son inquiétude face à ces négociations. Dans un communiqué de presse émis le 18 mars, la Coalition précisait que : « Le secteur de la culture qui s’est fortement mobilisé, en particulier au travers des Coalitions européennes pour la diversité culturelle, a réussi à obtenir que la ratification de la Convention UNESCO par la Corée (inexistante à ce jour) constitue une condition préalable à l’entrée en vigueur du protocole de coopération culturelle. Cependant, cette garantie n’est pas suffisante car elle ne rompt pas avec la logique de la Commission consistant à intégrer la culture aux négociations commerciales internationales (…). L’inquiétude naît également des avantages considérables proposés par la Commission européenne aux négociateurs coréens dans le secteur de l’audiovisuel, sans qu’aucune étude d’impact sur la création européenne n’ait été réalisée.

La Coalition française pour la diversité culturelle rappelle que les questions relatives à la culture et à l’audiovisuel requièrent le commun accord des États membres. Elle invite donc les pouvoirs publics français à s’opposer vivement à cette conception des négociations commerciales internationales qui ignore la spécificité des biens culturels. La Coalition française pour la diversité culturelle les encourage également à se mobiliser fortement afin que les négociations du protocole culturel avec la Corée puissent se dérouler, autour d’experts de la culture et de l’audiovisuel, dans un agenda autonome, spécifique et indépendant des négociations commerciales ». Ce communiqué est disponible dans le site de la Coalition.

Sources :