Diversité culturelle

Communiqués / Discours / Déclarations

Cannes 2009 : dix jours consacrés à la promotion et à la mise en marché des films provenant des cinq continents

Le pavillon Les Cinémas du monde sera un lieu emblématique de créativité, une pépinière de cinéastes et un point de rencontres de professionnels au cœur du marché international du film de Cannes (MIF). L’Organisation internationale de la Francophonie (OIF), Culturesfrance, l’Audiovisuel extérieur de la France et la chaîne TV5MONDE animeront cet espace du 13 au 24 mai prochain.

« Tous réunis autour d’un même objectif, la diversité culturelle, les partenaires du pavillon Les Cinémas du Monde assureront durant dix jours la promotion et la mise en marché des films en provenance des cinq continents » précise l’OIF dans son site Internet.

« Sur le plan de l’accompagnement professionnel, cette année le pavillon mettra en lumière 15 films et/ou projets issus d'Afrique, d’Asie, d’Amérique Latine, d’Europe Centrale et Orientale, du Proche et du Moyen Orient en vue d’en optimiser les chances de mise en production ou d’en faciliter la commercialisation et la circulation. Au total, ce sont 22 producteurs, réalisateurs, acteurs qui bénéficieront d’un accompagnement multiforme (formations, projections, rencontres thématiques, contacts individualisés), avec la participation de trois continents, dans un espace convivial et équipé des dernières technologies de communication.

L’OIF organisera, vendredi le 22 mai, un petit déjeuner sur le thème de l’aide au développement de projets de longs métrages des pays du sud, plus particulièrement francophones. Elle présentera également, durant le Festival, les films qu’elle soutient à travers le Fonds francophone de production audiovisuelle du Sud à savoir :

  • Min Yé de Souleyman Cissé (Mali) en sélection officielle, hors compétition ;
  • L’absence de Mama Keïta (Guinée) ;
  • Ouled Lenine de Nadia El Fani (Tunisie) ;
  • Morbayassa de Cheick Fantamady Camara (Guinée), lauréat de la bourse OIF au Fespaco 2009 ainsi que le film d’animation Diabou Ndaw de Makéna Diop (Sénégal), deux projets en développement.

La Francophonie s’est imposée comme l’une des principales sources de financement des productions cinématographiques et télévisuelles des pays francophones en développement. Depuis la création en 1988, à raison de 70 à 80 projets agréés par an, le Fonds francophone de production audiovisuelle du Sud a soutenu la production de plus de 1600 œuvres de cinéma et de télévision ».

Source :