Diversité culturelle

Communiqués / Discours / Déclarations

Pour une mobilisation immédiate en faveur d’une convention internationale sur la diversité culturelle par mmes monique gagnon-tremblay, vice-première ministre, ministre des relations internationales et ministre responsable de la francophonie et line beauchamp, ministre de la culture et des communications du québec

Paris, le 14 0ctobre 2003 – 2003/10/14

Dans ce texte publié par le quotidien français Le Figaro, dans son édition du 14 octobre 2003, Mmes Gagnon-Tremblay et Beauchamp souhaitent que la culture québécoise «à la fois authentique et métissée», s’enrichisse encore au contact des autres cultures tout en gardant sa personnalité propre. Elles déclarent notamment : «Tendre vers l’universel tout en restant nous-mêmes, voilà le projet que nous défendons sur toutes les tribunes où l’on traite de diversité culturelle. Nous le faisons pour nous en souhaitant voir à nos côtés les citoyens et les citoyennes du monde car, cette fois, l’opération doit être menée par tous ceux et toutes celles qui souhaitent continuer de développer et de partager leur culture». Face à «une mondialisation conçue de façon strictement économique» susceptible de «mettre à mal les précieux dispositifs de soutien à la création culturelle que de nombreux États, pays et gouvernements se sont donnés», cela explique pourquoi, affirment Mmes Gagnon-Tremblay et Beauchamp, «le gouvernement du Québec a été l’un des premiers à avoir pris fait et cause de manière officielle en faveur d’une Convention internationale sur la diversité culturelle». Cette volonté réitérée par le Premier ministre, M. Jean Charest, a été consacrée par une décision prise en Conseil des ministres actualisant officiellement la position du gouvernement du Québec en faveur de la diversité culturelle. Pour Mmes Gagnon-Tremblay et Beauchamp, il ne s’agit pas de rejeter la mondialisation, mais d’agir seulement en sorte qu’elle soit plus maîtrisée et donc plus fructueuse encore : «Voilà pourquoi nous souhaitons qu’une Convention internationale sur la diversité culturelle nous assure de conserver notre droit d’aider nos artistes et nos industries culturelles, évitant ainsi l’expansion de la monoculture sur cette terre». Selon elles, «chaque vote en faveur d’une Convention internationale sur la diversité culturelle est un jalon important vers ce qu’on peut déjà appeler notre liberté culturelle». Aussi, «la question de l’adoption d’une Convention internationale sur la diversité culturelle, dont les membres de l’UNESCO discutent en ce moment même, doit nous interpeller tout autant que les cycles de négociations commerciales». (Disponible en français seulement)