Diversité culturelle

Communiqués / Discours / Déclarations

Xe Conférence des chefs d'État et de gouvernement des pays ayant le français en partage : Déclaration de Ouagadougou et Cadre stratégique décennal de la Francophonie - Ouagadougou, Burkina-Faso, 26-27 novembre 2004

Organisation internationale de la Francophonie (OIF), 27 novembre 2004 - 2004/11/27

Le Xe Sommet de la Francophonie adopte une « Déclaration de Ouagadougou », qui réaffirme les grandes priorités de la Francophonie, « espace solidaire pour un développement durable ». Dans cette déclaration, les chefs d'État et de gouvernement membres de la Francophonie déclarent notamment que le développement durable repose sur cinq piliers: « La gestion maîtrisée et saine des ressources naturelles; un progrès économique inclusif et continu; un développement social équitable faisant appel à la tolérance et s'appuyant sur l'éducation et la formation; des garanties de démocratie et d'État de droit à tous les citoyens, et une large ouverture à la diversité culturelle et linguistique ».

Le plein respect et la promotion de la diversité culturelle et linguistique constituent l'un des piliers du développement durable en ce qu'il favorise notamment l'appropriation par les populations de connaissances et de modèles de développement respectueux des cultures. À cet égard, les chefs d'État et de gouvernement déclarent :

  • Nous réitérons notre volonté de ne pas laisser réduire les biens et services culturels au rang de simples marchandises. Aussi, sommes-nous résolus à continuer de soutenir l'élaboration à l'UNESCO d'une convention internationale sur la protection de la diversité des contenus culturels et des expressions artistiques, en vue de son adoption dès 2005, de sa ratification rapide et de sa mise en oeuvre effective. Nous oeuvrerons activement pour que celle-ci reconnaisse le droit des États et des gouvernements d'adopter des mesures pour préserver et promouvoir la diversité des expressions culturelles sur leur territoire et souhaitons qu'elle prévoie un mécanisme international effectif de coopération en matière culturelle. Cette convention doit aussi souligner l'ouverture aux autres cultures et expressions.
  • Nous estimons, dans les conditions actuelles, que la préservation de la diversité culturelle implique de s'abstenir de tout engagement de libéralisation à l'Organisation mondiale du commerce (OMC) en matière de biens et services culturels, et ce afin de ne pas compromettre l'efficacité des instruments visant la promotion et le soutien de la diversité culturelle. Nous nous engageons à respecter les mêmes principes dans le cadre bilatéral ou régional.
  • Nous entendons, de plus, valoriser à ce titre le rôle des créateurs au service du dialogue des cultures et poursuivrons notre aide à la production des oeuvres culturelles des pays moins avancés ainsi qu'à leur diffusion au sein de nos espaces francophones et dans le monde. Nous reconnaissons la nécessité d'une coopération accrue et de partenariats nouveaux, notamment au sein de la Francophonie, pour l'émergence d'industries culturelles viables dans les pays moins avancés ainsi que l'importance de faciliter la libre circulation des oeuvres et des artistes dans les espaces francophones.

 

Cette déclaration est assortie d'une Résolution concernant l'aide aux pays les moins avancés (PMA) dans le domaine de la diversité culturelle. De plus, le Cadre stratégique décennal (2005-2014) de la Francophonie souligne le rôle de pionnier de la Francophonie pour la reconnaissance de la diversité culturelle et le dialogue des cultures et, reconnaît notamment qu'il lui faut se donner les moyens de faire face aux tendances uniformisatrices de la mondialisation et de favoriser le maintien et l'essor de la diversité culturelle. Pour ce faire, afin de préserver et mettre en valeur la diversité culturelle, les programmations et les actions de la Francophonie devront tendre à :

  • Sensibiliser les États à la nécessité de se doter de politiques culturelles nationales et les aider à les formuler;
  • Accompagner et soutenir la production nationale et locale ainsi que l'insertion des produits culturels, notamment audiovisuels, dans les circuits de diffusion et de commercialisation;
  • Poursuivre la mobilisation des États en faveur de l'adoption à l'UNESCO et de la mise en oeuvre d'une convention qui assure effectivement la protection de la diversité des contenus culturels et des expressions artistiques;
  • Promouvoir la diversité culturelle et la pluralité linguistique dans l'usage des technologies de l'information et participer activement à l'édification d'une société de l'information équitable tenant compte du besoin de solidarité numérique;
  • Accroître la collaboration avec les autres aires linguistiques partenaires. (Disponible en français)