Diversité culturelle

Communiqués / Discours / Déclarations

Xe Sommet de la Francophonie : Réunion des organisations professionnelles de la culture de l'espace francophone - Déclaration de Ouahigouya, Burkina Faso

Coalition française pour la diversité culturelle, Ouahigouya, le 23 novembre 2004 - 2004/11/23

En marge du Xe Sommet des Chefs d'État et de Gouvernement de la Francophonie, le Comité International de Liaison des coalitions pour la diversité culturelle (CIL-CDC) a organisé une rencontre des organisations professionnelles de la culture des pays membres de la Francophonie à Ouahigouya au Burkina Faso du 21 au 23 novembre 2004, pour défendre et promouvoir la diversité culturelle. Dans cette déclaration, les représentants d'organisations professionnelles de la culture des 18 pays membres de la Francophonie présents ont réaffirmé unanimement les principes suivants : Les biens et services culturels sont des vecteurs de l'identité des peuples et ne peuvent donc pas être assimilés à de simples marchandises; L'accès à une offre diversifiée de contenus culturels nationaux et en provenance de toutes les régions du monde est un droit fondamental de chaque citoyen; Seule la mise en ½uvre de véritables politiques culturelles nationales peut permettre le développement d'une production culturelle dans chaque pays et rendre possible cette diversité de l'offre..

Par conséquent, ils exhortent les États membres de la Francophonie à réaffirmer leur droit souverain à mener des politiques culturelles pour assurer le développement des cultures dans tous les pays. Pour ce faire, ils doivent : Continuer à ½uvrer avec la même détermination à l'adoption de la Convention sur la diversité des contenus culturels et des expressions artistiques dès la 33e Conférence générale de l'UNESCO; S'abstenir de prendre tout engagement de libéralisation touchant à la culture dans le cadre de négociations commerciales d'ici l'adoption de ladite Convention. De plus, les participants à la rencontre s'engagent à ½uvrer, à partir de leurs organisations et leurs coalitions, aux niveaux national et international pour promouvoir l'adoption de la Convention de l'UNESCO.

Ils ont notamment rendu publiques leurs principales remarques concernant l'avant-projet de Convention, et les conclusions de leurs travaux ont été présentées à la Conférence ministérielle de la Francophonie qui s'est tenue le 24 novembre 2004 à Ouagadougou. (Disponible en français)