Diversité culturelle

Communiqués / Discours / Déclarations

La diversité culturelle : une nécessité politique du gouvernement - « Il faut cantonner l'OMC aux échanges économiques »

M. Renaud Donnedieu de Vabres, ministre français de la Culture et de la Communication, 19 novembre 2004 - 2004/11/19

Dans un entretien accordé au Figaro, dans le cadre de la mission d'affaires France-Québec au Mexique, le ministre français de la Culture, M. de Vabres explique au journaliste Emmanuel Schwartzenberg p ourquoi le combat pour la défense de la culture est devenu un enjeu national et comment la diversité culturelle est une nécessité politique du gouvernement français. Il soutient à cet égard que la mondialisation apparaît aussi bien comme une chance que comme une destruction des industries et des marchés avec les conséquences qui en découlent. Par conséquent, chacun veut aujourd'hui mettre à l'abri sa propre identité, sa culture, ses racines, son patrimoine. Dans ce contexte, les cultures les plus fragiles sont toujours les plus exposées, et même si certains pays, comme la France, ont la chance d'avoir entre les mains un capital d'influence et de rayonnement exceptionnels, fondés sur le patrimoine et la création artistique, ils ne sont pourtant pas à l'abri, à cause parfois de la technologie. D'où le rôle politique joué par le président de la République et le gouvernement français sur la scène internationale pour dire dans un même élan «Oui à l'échange culturel. Oui aux droits des nations à soutenir la politique culturelle de leur pays». C'est le sens des débats qui vont se dérouler en 2005 à l'UNESCO, déclare-t-il

M. de Vabres affirme notamment que la Convention UNESCO sur la diversité des expressions culturelles apporte des garanties : «L'activité culturelle et artistique n'est pas une activité comme les autres. Elle mérite une protection particulière. Les règles applicables à la circulation des marchandises ne peuvent pas s'appliquer davantage à ce que l'on appelle, en termes peu élégants, les biens culturels. Ce qui était le thème de l'exception culturelle (.) apparaît aujourd'hui à la plupart des pays du monde, et même à nos amis américains, comme une nécessité politique et stratégique (.) La difficulté majeure qui est devant nous c'est de légitimer, pour les questions de santé, l'autorité politique et juridique de l'OMS ; pour les questions culturelles, celle de l'UNESCO, et de cantonner l'OMC aux échanges économiques».

M. de Vabres souligne également que l e mandat que l'ensemble des ministres de la Culture européens vient de donner à la Commission européenne pour faire reconnaître le droit à la diversité culturelle face à l'OMC est une étape très importante, et que l'Europe de la culture qui s'est fait trop attendre prend force. Selon lui, si le traité UNESCO n'est pas adopté comme prévu en 2005, le risque serait grand d'une uniformisation, d'une sorte de culture unique qui ne manquerait pas de revenir comme un boomerang. Certains pays - l'Australie, la Nouvelle-Zélande - se sentent déjà bousculés par certaines formes d'hégémonie culturelle, faute d'avoir su protéger à temps leurs talents nationaux. (Disponible en français)