Diversité culturelle

Communiqués / Discours / Déclarations

Avant-projet de Convention de l’UNESCO sur la diversité culturelle : Les gouvernements du Canada et du Québec consultent la société civile - Bilan de la rencontre

Communiqué conjoint, ministère de la Culture et des Communications du Québec et ministère du Patrimoine canadien, Montréal, le 31 août 2004 - 2004/08/31

La ministre du Patrimoine canadien, Mme Liza Frulla, et la ministre de la Culture et des Communications du Québec, Mme Line Beauchamp, ont décidé de recueillir la position de la société civile sur le texte préliminaire de la Convention de l’UNESCO sur la diversité culturelle dans le cadre d’une table ronde organisée le 31 août 2004 à Montréal. Cette rencontre s'inscrit dans la foulée des efforts déployés en vue de promouvoir et d'appuyer l’avant-projet de Convention de l'UNESCO qui sera l'objet de sa prochaine réunion intergouvernementale, du 20 au 25 septembre 2004 à Paris. Au terme de cette rencontre, «Le Canada et le Québec ont clairement affirmé leur intention de travailler en étroite collaboration avec la société civile afin que leurs objectifs soient pris en compte lors des discussions intergouvernementales», et de s’assurer que la Convention «établisse des règles claires et donne le droit à tous les pays d'adopter des politiques qui visent à promouvoir les contenus culturels, tout en assurant une articulation convenable entre cette convention et le système commercial international».

De fait, les ministres Frulla et Beauchamp «se sont engagées à travailler en étroite collaboration afin que le directeur général de l'UNESCO soit en mesure de présenter une ébauche de convention et de la faire adopter à la Conférence générale à la fin de septembre 2005». À cet égard, «les ministres et les participants se sont entendus sur le fait que les discussions devraient porter sur l'avant-projet de convention proposé par l'UNESCO en juillet dernier. Ils ont également reconnu la nécessité d'adopter un processus efficace, qui permettra aux États d'adopter la Convention à la Conférence générale de l'UNESCO en 2005». Mme Frulla a notamment déclaré qu’«on ne peut promouvoir la culture sans tenir compte des artistes et des créateurs qui en sont l'origine. Il importe que ceux-ci demeurent au cœur même de nos efforts, de nos programmes et de nos politiques. Ce genre de discussions aujourd'hui nous permet d'élargir le consensus en tenant compte des préoccupations du milieu culturel». Mme Beauchamp a également rappelé que l'objectif est d'obtenir une convention efficace à la fin de 2005 : «En ce sens, l'avant-projet de l'UNESCO constitue une base de discussion qu'il faut enrichir en concertation avec la société civile. La rencontre d'aujourd'hui avec les représentants de nos milieux culturels apporte un éclairage essentiel et contribue à faire avancer une cause que nous partageons, celle d'assurer le droit des États de soutenir les expressions culturelles et d'appuyer nos créateurs», déclare-t-elle.

En conférence de presse, la ministre fédérale du Patrimoine, Mme Liza Frulla, a invité les provinces canadiennes «à être plus présentes et plus militantes, un peu à l'image du Québec, dans la défense de la diversité des expressions culturelles»,  tandis que le coprésident de la Coalition canadienne pour la diversité culturelle, M. Pierre Curzi, confirmait que la consultation de la société civile avait été "extrêmement fructueuse" : «On a très bien joué notre rôle, de part et d'autre; notre rôle, la société civile, étant d'être plus inquiet encore que tout le monde, de questionner chacun des mots, de voir à ce que les principes qu'on défend se retrouvent bien concrètement et d'une façon juridiquement et internationalement solide dans le projet de convention» (Disponible en français et en anglais) [70]