Diversité culturelle

Communiqués / Discours / Déclarations

La place des industries culturelles dans les initiatives prioritaires en matière d'éducation et de culture en 2004 - Session plénière du Comité Économique et Social Européen

Mme Viviane Reding, membre de la Commission européenne responsable de l'Éducation et de la Culture, Bruxelles, le 28 janvier 2004 - 2004/01/28

Présentant devant la Session plénière du Comité économique et social européen le sujet des industries culturelles dans le cadre des initiatives prioritaires en matière d'éducation et de culture pour 2004, Mme Reding souligne particulièrement les problèmes spécifiques aux entreprises culturelles européennes : le manque d'investissement et les difficultés de mobiliser les ressources financières, et la capitalisation insuffisante des entreprises, les problèmes liés à la distribution, la dimension insuffisante du marché, la faiblesse des investissements dans la promotion et la publicité, l'augmentation du piratage».

Selon Mme Reding, si ces industries culturelles sont directement liées à la création artistique, «il ne s'agit pas de produire et de vendre des produits comme les autres, mais des biens culturels. Et ces biens culturels constituent toute la richesse de la diversité culturelle européenne». C’est dans ce sens que le Comité souligne l'importance économique des produits culturels et des industries qui les soutiennent, «estimant que ces industries culturelles européennes contribuent à la réalisation des objectifs de Lisbonne en ce qui concerne la création d'emploi». De plus, relève-t-elle, le Conseil des ministres de la culture de l'Union européenne, dès 1999, estimait «vital pour la compétitivité européenne et pour la diversité culturelle de renforcer les industries de la culture, qui ont un grand potentiel de croissance dans le marché unique et sur le marché mondial». Pour essayer de résoudre ces problèmes, Mme Reding affirme que : «nous tentons déjà, par le biais de nos instruments actuels, de promouvoir la création artistique et la diffusion des productions européennes, de soutenir les échanges de spectacles vivants au-delà des frontières nationales, de soutenir des actions de sensibilisation à la culture dans le domaine de l'éducation. Mais nous savons bien qu'il y a encore beaucoup de travail à accomplir dans ce secteur».

À cet égard, l’avis exploratoire adopté par le Comité reconnaît que l’essor des industries culturelles «est essentiel pour faire de ces industries un vecteur important du développement économique et social, dans la mesure où il est démontré que ce secteur possède un potentiel significatif d'emplois et de richesses, et pour favoriser l'expression des cultures européennes». De plus, analysant en profondeur les défis culturels et socio-économiques auxquels doivent faire face les industries culturelles en Europe, le Comité estime que l'Union européenne doit apporter sa contribution, en particulier dans les domaines suivants: développer une politique culturelle pour l'Union européenne; développer un espace culturel européen; trouver des moyens d'aider les industries culturelles; aider les créateurs et les artistes. [50] (Disponible en français seulement)