Diversité culturelle

Communiqués / Discours / Déclarations

Québec approuvera la Convention de l’UNESCO sur la diversité des expressions culturelles

Line Beauchamp, ministre de la Culture et des Communications du Québec, Paris, le 20 octobre 2005 – 2005/10/20

Au terme de la Plénière de la Conférence générale, un observateur a déclaré : « Cette journée (le 20 octobre) est un grand jour. L'adoption de cette Convention par l'UNESCO est une belle victoire pour les États qui pourront protéger et promouvoir les expressions culturelles, dans un esprit d’ouverture et de réciprocité. Cette Convention réhabilite aussi, en quelque sorte, le politique face à l’économique puisqu’elle introduit des considérations non marchandes à l’ouverture des marchés. Enfin, elle aura permis au Québec de renforcer sa personnalité internationale par l’expression de la volonté de ses autorités politiques, par l’expertise de ses fonctionnaires et de ses chercheurs, par l’engagement de ses artistes et de sa société civile qui ont tout au long des différents groupes de travail et des commissions mis sur pied à l’UNESCO et ailleurs, participés à l’aboutissement de cet instrument juridique ». Un journaliste a notamment renchéri qu’il s’agissait « d’une victoire pour les diplomaties française, canadienne et québécoise, car elles ont été les pionnières de l’initiative destinée à donner au concept de diversité culturelle une existence juridique au niveau international ».

En effet, la ministre du Patrimoine Canadien, Mme Liza Frulla, et la ministre de la Culture et des Communications du Québec, Mme Line Beauchamp, étaient déjà intervenues lors des travaux de la Commission IV où elles furent applaudies et nommément remerciées par le Président de la Commission. À cette occasion, prenant la parole au sein de la délégation canadienne, aux côtés de la ministre du Patrimoine canadien, la ministre Beauchamp a insisté sur l'importance de maintenir la mobilisation en faveur de l’adoption de la Convention. Enrichissant la position du Canada en faisant valoir le point de vue du Québec, la ministre Beauchamp a déclaré : «Tout comme le gouvernement fédéral canadien, le gouvernement du Québec favorise l'adoption, dans son état actuel, du projet de Convention. Ce document est un compromis raisonnable, équilibré et acceptable pour le plus grand nombre. Il serait inapproprié de le modifier car tout changement risque d'en détruire l'équilibre. Cette Convention mérite notre appui pour diverses raisons, notamment pour la réaffirmation du droit souverain des États de formuler et de mettre en œuvre des politiques et des mesures en faveur de la diversité des expressions culturelles; pour la reconnaissance de la nature spécifique des activités, biens et services culturels; pour l'affirmation de la non-subordination de cette Convention aux autres instruments internationaux; pour l'expression d'une volonté de favoriser le dialogue des cultures et la coopération internationale, et enfin pour l'ouverture faite à la société civile. Après tant d'années de débat, nous vous incitons à donner un appui clair à ce projet de Convention ».

De fait, ce vote des États membres de l’UNESCO à la 33 e Conférence générale est une victoire pour le Québec qui défend le principe de la diversité culturelle depuis de nombreuses années aux côtés des gouvernements canadien et français et en étroite collaboration avec la Coalition canadienne pour la diversité culturelle. Aussi, la ministre Beauchamp a affirmé que «  Il faut commencer le travail diplomatique sur le processus de ratification, il faut faire un travail de mobilisation (…). Le Québec souhaite être parmi les premiers États à approuver cette Convention et c'est l'Assemblée nationale qui sera le lieu privilégié pour la tenue d'un événement solennel et historique en novembre ». Commentant la position américaine dans le dossier, la Ministre estime que l'on doit « poursuivre un dialogue et trouver les arguments qui peuvent convaincre les États-Unis que la diversité culturelle va aussi dans le sens de leurs intérêts. Il faut aussi laisser l'instrument qu'est la Convention prendre son envol pour lui permettre de démontrer son bien-fondé. Il reste beaucoup de travail à faire afin que le plus grand nombre d'États ratifient le projet de convention ». [05-31]