Diversité culturelle

Communiqués / Discours / Déclarations

La convention sur la diversité des expressions culturelles et l'avenir de la création - Déclaration de Namur

Festival International du Film Francophone de Namur, Belgique, le 29 septembre 2005 - 2005/09/29

Le Festival International du Film Francophone réunissait à Namur le 29 septembre dernier des représentants des Coalitions pour la diversité culturelle de l'espace francophone dans un colloque sur le thème "Diversité culturelle et l'avenir de la création". Il a abouti à la mise en place d'une Coordination des coalitions francophones pour la diversité culturelle et d'une Déclaration dite de Namur en soutien au projet de convention sur la protection et la promotion de la diversité des expressions culturelles qui sera présenté pour adoption à la 33 e Conférence générale de l'UNESCO. Soutenu par l'Agence intergouvernementale de la Francophonie (AIF), le Centre National de la Cinématographie - CNC (France), la SODEC (Québec), l'Office Fédéral de la Culture Suisse , et le Centre du Cinéma et de l'Audiovisuel de la Communauté Française de Belgique, ces rencontres s'inscrivaient dans la continuité de la réunion organisée par le CNC et ses partenaires au Festival de Cannes le 18 mai, puis à celle organisée par le FERA (Fédération Européennes des Réalisateurs de l'Audiovisuel) avec la Journée des Auteurs le 4 septembre dernier au Festival de Venise.

La Déclaration de Namur dispose notamment : « Nous, artistes et professionnels de la culture, Coalitions pour la Diversité Culturelle des pays de l'espace francophone (.) marquons fermement notre soutien au projet de Convention. Fruit d'une négociation multilatérale globale, impliquant tous les membres de l'UNESCO, ce projet de convention représente un bon équilibre qui réconcilie la liberté de création et d'accès de chaque peuple à sa propre culture et à celles des autres avec la circulation des biens et des services culturels. (.) Dès lors que ce projet rencontre les principales revendications que nous avions transmises aux Chefs d'État lors du dernier Sommet de la Francophonie à Ouagadougou (2004), nous appelons l'ensemble des pays membres de la Francophonie et les autres États membres de l'UNESCO à soutenir sans réserve l'adoption et la ratification rapide de cette convention afin qu'elle entre en vigueur au plus vite. Nous demandons d'ores et déjà aux gouvernements de traduire dans leurs politiques propres les principes que défend le projet de convention ».

Pour les signataires de la Déclaration , « il s'agit, en particulier, que les Gouvernements: investissent de manière conséquente dans leur politique culturelle afin de soutenir la création, chacun à leur niveau, contribuant ainsi à la réalisation effective de la Diversité Culturelle au niveau global; accordent une véritable place à la Culture dans leur politique de coopération et de développement, ce qui suppose entre autres qu'ils s'engagent à contribuer, à hauteur de leur capacité financière, au Fond International pour la diversité culturelle; s'engagent à utiliser les mécanismes de concertation et de coordination internationales prévus par la convention pour promouvoir les objectifs et principes de la convention dans d'autre enceintes et refusent de manière définitive tout engagement de libéralisation des biens et services culturels dans le cadre des accords de commerce régionaux ou globaux (OMC); fassent preuve de la plus grande vigilance pour que les accords de commerce bilatéraux n'incluent en aucune façon directe ou indirecte l'abandon partiel ou total de leurs droits souverains à mettre en oeuvre des politiques culturelles ».

Afin d'obtenir le respect de ces principes par les États, les signataires de la Déclaration ont créé une coordination des Coalitions pour la Diversité Culturelle des pays de l'espace francophone, qui s'est donnée pour premier objectif d'obtenir l'adoption de la convention par la Conférence générale de l'UNESCO et sa ratification rapide par les états membres. Ils soutiennent notamment que « Promouvoir la diversité culturelle, c'est investir dans le patrimoine commun de l'humanité et donner à celle-ci un horizon et un avenir qui ne se résument pas à une seule dimension économique ou politique ».