Diversité culturelle

Communiqués / Discours / Déclarations

« Le combat pour la diversité culturelle s’inscrit dans un cadre mondial »

Louis Michel, Commissaire européen au Développement et à l’Aide humanitaire, le 8 juillet 2005 – 2005/07/08

Prenant la parole dans le cadre de la XXXIe session de l'Assemblée parlementaire de la Francophonie(APF) qui se tenait du 5au 9 juillet à Bruxelles, en Belgique, sous le thème: « L’apport de la francophonie à la diversité culturelle dans le mouvement de la mondialisation », M. Louis Michel, Commissaire européen au Développement et à l’Aide humanitaire a soutenu que le « combat pour la diversité culturelle s’inscrit dans un cadre mondial». Soulignant que l’année 2006 a été déclarée « année de la diversité culturelle » par la Francophonie, M. Michel relève que « ceci indique le choix, non d’une défense pointilleuse, combative et exclusive de la langue française. Mais de ce qui, dans son usage même, participe de l’ouverture à l’autre ». En outre, a-t-il déclaré, « On peut craindre que certains accords bilatéraux et certaines négociations internationales, ne remettent en question la capacité des pouvoirs publics à intervenir en matière  culturelle. Ainsi certaines grandes puissances ont-elles conclu plusieurs accords commerciaux de libre-échange, qui pourraient compromettre la capacité des États à adopter des mesures appuyant leur politique culturelle et leur industrie culturelle nationale. Nous y sommes attentifs. C’est la raison pour laquelle nous nous réjouissons de la coopération entre l’UE et l’Agence intergouvernementale de la Francophonie (AIF), dans le domaine du cinéma et de l’audiovisuel, par exemple. L’UE et l’AIF cofinancent la production, la distribution et la promotion de nombreux films des pays francophones de l’Afrique subsaharienne et des Caraïbes. C’est aussi la raison pour laquelle nous nous félicitons de la signature le 4 juillet de l’accord de coopération, notamment au niveau de la protection de la diversité culturelle, entre l’Assemblée parlementaire de la Francophonie et l’UNESCO ».

Lors du Séminaire de l’Alliance des Démocrates et des Libéraux pour l’Europe (ADLE) qui se tenait à Strasbourg le 6 juillet 2005, sous le thème: « La politique de développement de l’UE : Enjeux et propositions de la Commission », M. Louis Michel, énonçant quelques éléments de la stratégie de l’Union européenne pour l’Afrique, affirmait que « la culture est une dimension-clé du développement jusqu’ici trop souvent oubliée. Pourtant, elle est vitale. Il s’agit d’une part d’assurer la préservation du patrimoine et de la diversité culturelle de l’Afrique; et d’autre part d’encourager la production culturelle et le mise en valeur de l’héritage culturel. Une plus grande attention doit être accordée à l’avenir à la culture en tant que domaine de coopération. La culture est l’âme et la parole d’un peuple. La culture détermine le fonctionnement d’une société et donc, aussi, sa structure économique. C’est pourquoi la prise en compte de la spécificité sociétale et culturelle de l’Afrique, dans sa richesse et sa diversité, me semble seule à même d’inscrire notre aide au développement dans la réalité du terrain, et d’ainsi renforcer ainsi son efficacité. Le principe d’appropriation par le pays partenaire joue à cet égard un rôle-clé: il devrait naturellement mener à une prise en compte systématique de la dimension sociétale et culturelle ». [05-23]