Diversité culturelle

Communiqués / Discours / Déclarations

« Un pas important est franchi, mais la mobilisation en faveur d’une Convention sur la protection et la promotion de la diversité des expressions culturelles doit se poursuivre »

Line Beauchamp,  ministre de la Culture et des Communications du Québec, le 10 juin 2005 – 2005/06/10

À la veille de la Rencontre internationale des ministres de la Culture qui s'est tenue à Madrid les 11 et 12 juin derniers et à laquelle elle a participé, la ministre Beauchamp a fait le point sur la 3e et dernière session de la réunion intergouvernementale d'experts de l'UNESCO qui a clôturé ses travaux le 3 juin dernier à Paris. Se réjouissant de cette importante étape franchie, la ministre déclare qu'« il est plus que jamais nécessaire de maintenir la pression et de continuer les efforts de mobilisation» en faveur du texte de l'avant-projet de Convention sur la protection et la promotion de la diversité des expressions culturelles.

Ce dernier texte qui a été adopté par une très large majorité des États membres, fait l’objet d’une recommandation positive à l’intention de la Conférence générale de l’UNESCO qui se tiendra en octobre prochain en vue de son adoption. Dans cette perspective, il faut garantir les appuis du plus grand nombre d’États membres de l’UNESCO. Aussi, déclare la ministre: «Cette réunion des ministres de la culture sera une occasion privilégiée pour échanger sur le document issu de la dernière session de négociation intergouvernementale et pour assurer le plus large appui possible au projet de Convention qui sera soumis. Cette rencontre internationale, à ce moment précis, constitue un tremplin pour assurer le succès de la dernière étape conduisant à l’adoption de la convention». Les ministres en profiteront également pour réaffirmer le fait que les expressions culturelles font partie du patrimoine commun de l’humanité, ainsi que le rôle de la culture dans le développement de nos sociétés.

« Pour le Québec, conclut la ministre, l’essentiel des objectifs visés est atteint: le droit des gouvernements d’adopter des politiques et des mesures de soutien aux expressions culturelles est reconnu, de même que la nature spécifique des biens et services culturels et, de façon explicite, la non-subordination de cette convention aux autres instruments internationaux. Le projet prévoit également des mécanismes de suivi et de règlement des différends à partir desquels on pourra développer la Convention ». [05-18]