Diversité culturelle

Communiqués / Discours / Déclarations

« La diversité culturelle : opportunités et défis »: Deuxième réunion des ministres de la Culture de l'ASEM – Déclaration finale

Ministère de la Culture et de la Communication, Paris, le 8 juin 2005 – 2005/06/08

Avant Madrid, où une cinquantaine de ministres de la culture sont attendus les 11 et 12 juin 2005, autour de ceux de l'Espagne, du Brésil, de la France mais aussi de la Chine, une réunion du « dialogue Europe-Asie » (ASEM) s'est tenue à Paris, du 7 au 8 juin 2005. Les délégations de trente-six pays, de la Pologne à la Malaisie, ont participé aux quatre ateliers destinés à faire écho aux travaux de la réunion intergouvernementale de l'UNESCO. « Il s'agit surtout, pour les tenants de la diversité culturelle, de faire œuvre d'explication et de maintenir la pression autour du projet de la convention de l'UNESCO ». À l'issue de la rencontre, les participants ont adopté une Déclaration présidentielle  et un  Plan d'action en quinze points des ministres de la Culture. La déclaration finale « rappelle la volonté de nombreux pays d’Asie et d’Europe, de tirer toutes les conséquences de la spécificité des biens et services culturels, tant en affirmant le droit des États à mettre en place des politiques destinées à protéger et à promouvoir cette diversité, qu’en renforçant la coopération entre les pays développés et les pays en développement ». La Conférence des ministres de la Culture de l'ASEM a également souhaité que l'ASEM contribue à rendre applicable cette convention et joue un rôle actif dans la préservation et la valorisation de la diversité culturelle.

Comme le souligne le ministre français de la Culture, M. Renaud Donnedieu de Vabres, la déclaration du président, fait écho aux interventions de nombreux délégués, qui ont accueilli avec satisfaction le résultat de la dernière réunion intergouvernementale de l’UNESCO. Celle-ci a marqué un pas décisif vers l’adoption par la prochaine Conférence générale de l’UNESCO, de la convention sur la protection et la promotion de la diversité des expressions culturelles. Mais, prévient-il, « nous ne pouvons pas nous contenter de nous réjouir aujourd’hui, car ce processus n’est pas terminé. Notre réunion était d’autant plus importante, qu’elle nous a permis de nous mobiliser afin que la convention puisse effectivement être adoptée en octobre prochain. D’ici là, il est essentiel que nous puissions continuer sans relâche à faire œuvre d’explication et de conviction. La réunion qui se tiendra à Madrid à la fin de la semaine, avec les ministres des pays francophones, hispanophones, et lusophones constituera un moment privilégié de cette mobilisation. Il est en effet essentiel qu’une telle convention entre dans l’ordre juridique international, et qu’ainsi puisse être posée la première pierre d’un véritable droit international de la culture, au même titre que le droit international de la santé, ou de l’environnement. Car la culture est aussi essentielle au développement et au progrès de l’humanité ». [05-18]