Diversité culturelle

Communiqués / Discours / Déclarations

Le combat pour la diversité culturelle : « Relever le défi d’un monde qui doit savoir trouver dans sa propre diversité le ressort de son unité »

Jacques Chirac, président de la République française, Paris, le 2 mai 2005 – 2005/05/02

Dans ce discours d'ouverture à l'occasion des « Rencontres pour l'Europe de la culture », le président de la République française, M. Jacques Chirac, soulignant l’enjeu de l’Europe de la culture, a déclaré : « Nous devons aujourd'hui relever le défi d'un monde complexe, souvent confus, agité de soubresauts. D'un monde où les progrès de la technique ouvrent des horizons nouveaux. D'un monde où les menaces d'uniformisation réveillent les identités, où les civilisations doivent s'affirmer dans le dialogue pour ne pas se dresser les unes contre les autres. D'un monde qui doit savoir trouver dans sa propre diversité le ressort de son unité ».

Le président Jacques Chirac plaide pour le oui au traité constitutionnel européen qui amènerait « une avancée considérable» pour l'Europe de la culture. Il affirme que la Constitution européenne permettrait de « fonder l'avenir de notre continent non seulement sur l'union de nos intérêts économiques, mais aussi sur une communauté de valeurs, de principes et d'idéaux». Il fait également valoir que le traité constitutionnel permettrait à la France et à l'UE de mieux protéger leurs industries culturelles contre l'hégémonie américaine, tout en soulignant que pour la première fois, la vocation culturelle de la construction européenne sera élevée au rang des objectifs fondamentaux de l'Union : « Alors que les faux prophètes du « choc des civilisations » prédisent un affrontement des cultures auquel tout en nous s'oppose, nous ne pouvons songer à nous renfermer dans des bastions nationaux. Le cloisonnement et l'isolement seraient fatals à nos cultures; elles aspirent au dialogue et à l'échange, dans la reconnaissance et le respect de l'autre. Plus que jamais, nous devons veiller à ce que l'Europe reste toujours accueillante aux autres cultures; à ce qu'elle soit, pour tous les créateurs, pour tous les artistes, pour tous les intellectuels, un pôle de rayonnement et un pôle d'ouverture. Dans un monde qui semble ne réserver qu'une place sans cesse plus restreinte à tout ce qui ne concourt pas immédiatement à la recherche du profit, les cultures doivent aussi résister à la déferlante de produits standardisés. Nous devons défendre résolument la diversité des cultures dans le monde, car l'uniformisation serait, un danger immense. Pour cela, la vitalité de notre création constitue l'un de nos atouts les plus précieux (…) Nous reconnaissons aussi que la culture ne peut pas être livrée au jeu du marché, pas plus qu'elle ne doit être inféodée à l'État. La concentration menace la diversité culturelle au même titre que la concurrence sauvage. Il est donc nécessaire et légitime que la puissance publique - c'est-à-dire nos États, c'est-à-dire aussi l'Europe - intervienne comme garante de la liberté d'expression et de la diversité culturelle ».

Le président français a également fait référence à l'initiative de six pays pour créer une « bibliothèque virtuelle européenne», affirmant qu'à travers des initiatives comme celles-là, l'Europe sera aux avant-postes du combat pour la diversité culturelle : « C'est tout le sens du combat pour l'exception culturelle» mené par la France et l'Europe, animées de la conviction forte que l'OMC, et les discussions commerciales qui s'y déroulent, ne sont pas le bon cadre pour traiter des échanges culturels. « C'est un combat rude et qu'il faut livrer sans relâche car les enjeux économiques sont considérables », a ajouté M. Chirac. « Grâce à la Constitution pour l'Europe, le principe de l'exception culturelle, auquel nous sommes tous profondément attachés, sera définitivement consacré», déclare le chef de l'État. « La même ambition doit inspirer les travaux en cours au sein de l'UNESCO en vue de l'élaboration d'une convention internationale sur la diversité culturelle, souligne-t-il. La convention devra consacrer la spécificité des biens culturels. Elle confortera la légitimité des politiques en faveur de la diversité culturelle. Elle devra fournir un cadre de référence pour les États et les organisations internationales. Ce seront des avancées essentielles. La France pèsera de tout son poids pour que cette convention soit signée dès l'automne prochain. Et nous comptons sur l'appui de tous pour y parvenir ». [05-13]