Diversité culturelle

Communiqués / Discours / Déclarations

Rencontres de Paris pour l'Europe de la culture : Organiser un véritable débat européen, des artistes, des intellectuels, des responsables de la culture

Renaud Donnedieu de Vabres, ministre français de la Culture et de la Communication, 29 mars 2005 – 2005/03/29

Les Rencontres pour l'Europe de la Culture se tiendront à Paris, les 2 et 3 mai prochain. Ces deux journées réuniront près de 800 personnalités des 25 pays de l'Union européenne: cinéastes, écrivains, architectes, comédiens, musiciens, chorégraphes, plasticiens, intellectuels, ministres européens de la culture, représentants d'organisations professionnelles et d'institutions, personnalités politiques, « en vue de donner une véritable ambition culturelle à l'Europe politique qui se construit aujourd'hui ». Les rencontres de Paris s'inscrivent dans la continuité de la conférence organisée à Berlin les 26 et 27 novembre 2004, intitulée « Donner une âme à l'Europe ».

Ces Rencontres, qui font partie d'un débat européen lancé de façon concertée par plusieurs États membres visent à mobiliser les responsables politiques européens dans un contexte institutionnel exceptionnel. C'est la raison pour laquelle, afin de poursuivre la réflexion engagée lors de la conférence de Berlin, le gouvernement français organise ce « véritable débat européen, des artistes, des intellectuels, des responsables de la culture, conduisant, dans la durée, à lancer des initiatives concrètes en faveur du rayonnement culturel de l'Europe ». Ces rencontres sont préparées par quatre ateliers qui travailleront sur les thèmes suivants afin d'élaborer des propositions concrètes : patrimoine et tourisme culturel; cinéma et audiovisuel; livre, langues et traductions; théâtre, musique, danse. Ces ateliers se déclineront en quatre demi-journées de débat : Elles prévoient quatre demi-journées de débat: débat des  philosophes, écrivains et historiens sur le rôle de la culture comme fondement de l'idée et de l'identité européennes, débat sur les priorités d'action au sein de l'UE, débat sur la proximité et la diversité des différentes cultures européennes et débat d'artistes et d'intellectuels avec les responsables politiques, sur la base de  l'appel lancé en juin 2004 par une centaine d'artistes « Pour une Europe fondée sur sa culture ». En plus des 500 artistes et intellectuels, provenant de tous les autres États membres de l'Union européenne, de toutes disciplines et formes d'expression, seront également présents le président du Conseil européen et le président de la Commission européenne, l'ensemble des ministres de la culture de l'UE, les membres du collège des Commissaires concernés (M. Figel, Mme Reding) ainsi que plusieurs parlementaires européens et nationaux.

Les rencontres de Paris, comme la conférence de Berlin, seront suivies par une réunion à Budapest (Hongrie) du 17 au 19 novembre 2005, alors que l'Espagne et la Pologne examinent la possibilité de poursuivre ces initiatives au printemps et à l'automne 2006 afin d'entretenir cet élan. Intervenant dans ce contexte, M. Donnedieu de Vabres déclare : « Ceci correspond à mes convictions et résulte d'une analyse de la situation de la construction européenne partagée par le Président de la République, comme par le Chancelier fédéral ou le Président de la Commission européenne : l'Europe a besoin de placer la culture au cœur de ses priorités et de son action. Parce que la culture est un fondement de l'idée européenne, parce qu'elle rassemble les Européens dans une même communauté de valeurs et parce que la culture est un atout dans la concurrence économique internationale, tant en termes de créations d'emploi (métiers du tourisme, patrimoine, industries culturelles) d'attractivité (grandes entreprises, touristes, étudiants) que de capacité d'innovation ». Il souligne que le projet de Constitution européenne est une avancée pour la culture, car il ouvre de nouveaux domaines d'action auxquels des pays qui tiennent à la culture doivent se préparer.

À cet effet, le ministre relève que le risque d'uniformisation de la culture n'est pas un mythe : 85% des places de salle de cinéma vendues dans le monde concernent des films produits à Hollywood; la part de marché globale des films européens dans l'Union européenne a baissé, passant de 27,8% en 2002 à 25,7% en 2003, tandis que celle des films américains a augmenté, passant de 70,1% en 2002 à 72,1% en 2003; 50% des fictions diffusées à la télévision en Europe sont d'origine américaine, cette proportion atteignant même 67% dans un pays comme l'Italie; 70% des enregistrements légaux de musique vendus dans le monde sont produits par deux grands groupes; 9 des 10 écrivains les plus traduits dans le monde sont des écrivains de langue anglaise. C'est pourquoi, souligne le ministre, la France a compté parmi les plus ardents promoteurs de la Convention sur la diversité culturelle en cours de négociation à l'UNESCO. Vis-à-vis des négociations à l'OMC, comme des politiques internes de l'UE, ce projet vise à garantir le droit des États à mener des politiques de soutien à l'activité culturelle au nom de la spécificité des œuvres d'art et de l'esprit qui ne peuvent être considérées comme des marchandises ordinaires. La Commission européenne s'est engagée dans cette négociation avec l'appui de la France. Elle a reçu mandat du Conseil des ministres en décembre dernier : « Il est important de réfléchir avec les professionnels de la culture aux conséquences que nous pourrons tirer dans les affaires européennes internes des principes acquis à l'UNESCO, sur le fonctionnement du marché intérieur et de la concurrence. C'est l'objet de la Charte pour l'Europe de la culture, affirme le ministre ». [05-08]