Diversité culturelle

Communiqués / Discours / Déclarations

« Mondialisation et diversité culturelle »: La société civile américaine soutient l’avant-projet de Convention de l’UNESCO sur la diversité des expressions culturelles.

Le RIDC (Réseau international pour la diversité culturelle) et la Smithsonian Institution (The Smithsonian Center for Folklife and Cultural Heritage) ont collaboré à la tenue d’une Conférence, les 10 et 11 janvier dernier à Washington, sur le thème: « Mondialisation, diversité culturelle et l’UNESCO : urgences pour les artistes, les travailleurs et les organismes culturels américains ».

Dans le rapport que dresse James Early, membre du Comité de direction du RIDC et président de la Conférence, dans le Bulletin du RIDC de ce mois (Vol. 5, no 1), plus de 100 représentants d’organismes artistiques et culturels, des bibliothèques, de la recherche, d’organismes de politiques culturelles, du personnel culturel du Département d’État américain, des spécialistes de la propriété intellectuelle, de la défense des médias et des artistes individuels, ont assisté à cette conférence. Y participaient également M. Richard Arndt, Représentant américain à l’UNESCO, M. Tyler Cowen, membre de la nouvelle Commission nationale américaine pour l’UNESCO et du Groupe des experts indépendants de l’UNESCO ayant rédigé l’avant-projet de Convention, Mme Bonnie Richardson, vice-présidente de la Motion Picture Association (MPAA)

Les objectifs de cette Conférence étaient : d’amener la société civile et les organismes culturels et artistiques des États-Unis à une plus grande conscience des intérêts et de la nécessité de participer aux échanges actuels sur la diversité culturelle, et à être présents dans les délibérations sur l’avant-projet de Convention de l’UNESCO sur la diversité des expressions culturelles; de promouvoir une large discussion au plan national sur le processus de l’UNESCO et produire des documents substantiels à ce sujet pour distribuer dans les différents réseaux artistiques et culturels à travers le pays, afin de susciter le débat sur ces questions et collaborer avec d’autres organismes artistiques et culturels à travers le monde; de promouvoir la collaboration entre les organismes artistiques et culturels et la nouvelle Commission nationale américaine pour l’UNESCO, en invitant ces organismes à déposer leurs recommandations à la Commission, afin de s’assurer qu’une Convention sur la diversité des expressions culturelles efficace sera adoptée à l’UNESCO: « Cette Convention permettra l’avancement de l’intégrité de la culture et de la diversité culturelle basée sur des valeurs intrinsèques; la protection et de promotion de la diversité culturelle face aux menaces d’érosion par les forces du marché et la libéralisation commerciale. »

« Est-ce que les biens et services culturels ne sont que des produits comme les autres? Comment pouvons-nous être assurés que le système culturel reflète la richesse de la diversité des communautés qui existent dans plusieurs pays? Les forces du marché peuvent-elles à elles seules assurer la diversité culturelle nationale et internationale? » Ces questions ont, selon le rapporteur, permis aux participants de fournir une esquisse entre l’approche culturelle du marché pour protéger et promouvoir la diversité culturelle et l’approche commerciale de la culture dans laquelle la position officielle du Gouvernement américain cadre ses délibérations à l’UNESCO. Elles ont également été l’occasion de discuter de l’avant-projet de Convention de l’UNESCO pour lequel les participants ont exprimé leurs inquiétudes à l’égard du document actuel qui, selon eux, semble échouer à présenter un cadre solide en faveur de la diversité culturelle. À cet égard, ils considèrent que le document porte trop sur le langage et est structuré, dans son contenu, autour du commerce. [05-02]