Diversité culturelle

Communiqués / Discours / Déclarations

Adoption de la Convention de l’UNESCO sur la diversité des expressions culturelles: "La convention valorise notre culture et protège ses acteurs"

Safiatou Ndiaye Diop, ambassadrice du Sénégal à l'Unesco, Dakar, le 22 octobre 2005 – 2005/10/22

Dans une entrevue accordée au quotidien Wal Fadjri, Mme Safiatou Ndiaye Diop, ancienne ministre de la Culture et ambassadrice du Sénégal à l'Unesco, soutient que la Convention sur la diversité des expressions culturelles, adoptée à la Plénière de la 33 e Conférence générale de l'Unesco "peut être bénéfique pour le Sénégal". Selon elle, « cette Convention va nous permettre de mieux protéger notre culture, ses acteurs. Elle va aussi permettre de mieux sauvegarder notre patrimoine culturel et de le valoriser. Cela est très important. Cette convention donne une grande part au patrimoine immatériel. Ce qui est très important pour des peuples de culture orale tel que le Sénégal. Je crois qu'il était temps que cette convention arrive ».

Par ailleurs, soulignant que durant les négociations, on est passé de l'exception à la diversité culturelle, elle explique que l'évolution même du monde impose cette notion de diversité culturelle : « Nous ne pouvons plus nous contenter d'une exception. C'est une diversité qui se retrouve. On se rend compte que, dans cette diversité, il y a une certaine harmonie. Et c'est le but recherché. Que l'Asiatique, l'Africain, l'Européen, l'Américain puissent se retrouver autour d'une culture diverse, mais symbolique à plus d'un titre. C'est comme cela qu'on pourra s'accepter, se respecter, dialoguer pour arriver ainsi à une certaine paix dans le monde ».

Répondant à la question de savoir si la Convention, en favorisant la diversité, n’entraînerait pas plutôt le cloisonnement des cultures qui peut déboucher sur des extrémismes, l’ambassadrice affirme: « Peut-être que certains États pourraient avoir ce genre de politique. Mais les peuples ne se laisseront pas faire. Ce qui est important, ce sont les peuples qui vont prendre en charge cette expression de leur diversité culturelle. Et à travers le texte, aucun État ne peut imposer ce cloisonnement (…) au peuple. L'avenir nous dira ce qu'il en est ».

Évoquant les conséquences de l'opposition des États-Unis à la Convention, l’ambassadrice déclare qu’« ils ont leur position qu'ils ont défendue avec des arguments. Maintenant, le problème se situe au niveau de la ratification de cette convention. Le Sénégal a appelé à ce que tous les pays la ratifient. Le Sénégal a aussi appelé les autres pays qui ne l'ont pas votée ou qui se sont abstenus, de rejoindre le groupe de pays qui l'ont votée, parce que ce texte est assez consensuel. Et on peut tous se retrouver dans cette convention. Ce n'est pas toujours facile puisque chacun a son point de vue. Nous respectons le point de vue des uns et des autres. Mais notre pays est co-auteur de ce texte et nous assumons son contenu ».