Diversité culturelle

Communiqués / Discours / Déclarations

Le premier ministre du Québec plaide en faveur d'un accord de libre-échange Canada-Union européenne

De passage au Forum économique mondial qui se déroulait à Davos, en Suisse, du 24 au 28 janvier 2007, le premier ministre du Québec, M. Jean Charest, et le ministre du Développement économique, de l’Innovation et de l’Exportation du gouvernement du Québec, M. Raymond Bachand, ont indiqué qu’ils souhaitent l’amorce de discussions pour la signature d’un accord de libre-échange Canada-Union européenne. M. Charest a déclaré : «  Il y a 10 ans, l’intégration du Canada à la stratégie transatlantique de l’Union européenne apparaissait comme un objectif incontournable. L’évolution de l’environnement international depuis cette date rend aujourd’hui cet objectif encore plus pertinent. Dans la mesure où l’Union européenne travaille à renforcer ses liens avec les États-Unis et à développer de nouvelles alliances avec d’autres régions du monde, la relation avec le Canada doit aussi être renforcée. » Un document d’information du gouvernement du Québec traitant de la perspective d’un « accord de libre-échange » et de coopération économique entre le Canada et l'Union européenne précise que « le Québec, compte tenu de sa sensibilité sur un ensemble d’enjeux sociaux, culturels et environnementaux, souhaite travailler davantage avec les pays de l’Union européenne. Par exemple, nous avons déployé beaucoup d’efforts, de concert avec le gouvernement fédéral, en faveur de l’implantation d’une convention sur la diversité culturelle au sein de l’UNESCO. Cela témoigne de notre engagement pour l’élaboration de solutions communes. Cela illustre bien la nature des concertations qui peuvent être envisagées dans l’avenir. » Dans un communiqué diffusé le 26 janvier 2007, le ministre Bachand a tenu à souligner que « c et accord doit en être un de nouvelle génération qui s’attaquera notamment aux freins à l’investissement et stimulera le commerce des biens et services. Il pourra également toucher au développement durable, à la mobilité des biens et des personnes, à la reconnaissance des compétences de même qu’à la coopération scientifique et technique. » Rappelant que l ’approche de négociation devrait être suffisamment souple et ouverte de façon à permettre l’ajout de négociations sectorielles en parallèle ou en annexe à l’accord plus large, le communiqué ajoute qu’un « éventuel accord devra accorder une attention spéciale à la protection et à la promotion de la diversité culturelle ».

Source :