Diversité culturelle

Communiqués / Discours / Déclarations

Message de M. Koïchiro Matsuura, directeur général de l’UNESCO, à l’occasion de la Journée internationale des populations autochtones

L’édition 2007 de la Journée internationale des populations autochtones a eu lieu le 9 août dernier. Dans un message livré à cette occasion, le directeur général de l’UNESCO, M. Koïchiro Matsuura, a déclaré : « Les systèmes de savoirs autochtones représentent une ressource inestimable et irremplaçable et une composante essentielle du développement durable. Les visions du monde de la plupart des populations autochtones, qui reconnaissent les liens inextricables unissant culture et nature, sont en accord avec les efforts que déploie l’UNESCO pour protéger et promouvoir la diversité culturelle comme la diversité biologique. Cette question suscite une préoccupation croissante chez nombre de communautés autochtones à travers le monde et constitue l’essence de leur récent appel à un « développement respectueux de l’identité ». La Journée internationale des populations autochtones offre à la communauté internationale une excellente occasion de réfléchir aux perspectives et aux aspirations des populations autochtones, et en particulier à leur rapport au développement durable de la planète. »

Entre autres, M. Matsuura a fait valoir que la principale contribution de l’UNESCO à l’amélioration de la visibilité mondiale des questions autochtones réside dans son action normative. À ce sujet, le Directeur général a signalé : « La Déclaration universelle de l'UNESCO sur la diversité culturelle, adoptée en 2001, mentionne les droits des populations autochtones (article 4), et son plan d’action appelle à « respecter et protéger les savoirs traditionnels, notamment ceux des peuples autochtones », et « reconnaître [leur] apport, particulièrement en matière de protection de l’environnement et de gestion des ressources naturelles, et favoriser des synergies entre la science moderne et les savoirs locaux » ».

Poursuivant son message, M. Matsuura a indiqué que les États membres de l’UNESCO ont par la suite adopté deux traités internationaux juridiquement contraignants, qui promettent également d’avoir un impact positif sur les populations autochtones. Tout d’abord, évoque-t-il, la Convention 2003 pour la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel, entrée en vigueur en avril 2006, « revêt une signification particulière en cette Journée internationale. Le préambule de la Convention non seulement nous rappelle que le patrimoine culturel immatériel est un creuset de la diversité culturelle et un garant du développement durable, mais il se réfère aussi au rôle important joué par les communautés autochtones du monde dans la production, la sauvegarde, l’entretien et la recréation du patrimoine culturel immatériel ».

Concernant le second instrument normatif, la Convention de 2005 sur la protection et la promotion de la diversité des expressions culturelles, M. Matsuura a déclaré : « Une nouvelle étape essentielle a été franchie avec l’entrée en vigueur de la Convention en mars de cette année. Cet événement donne effet au paragraphe 14 du Programme d’action pour la deuxième Décennie internationale des populations autochtones (2005-2014), qui encourage toutes les parties intéressées à œuvrer en faveur de l’adoption et de la ratification de la Convention par les États « pour assurer le droit aux peuples autochtones de créer et diffuser dans des conditions justes leurs biens et services culturels, ainsi que leurs modes d’expression traditionnels, afin qu’ils puissent en bénéficier à l’avenir. » »

Ces deux instruments, a fait valoir M. Matsuura, « constituent, avec la célèbre Convention du patrimoine mondial de 1972, la base du cadre juridique de l’UNESCO pour la sauvegarde de la diversité culturelle sous tous ses aspects ».

La Journée internationale des populations autochtones est célébrée par la Communauté internationale chaque année le 9 août. La Journée permet de prendre conscience des cultures des populations autochtones et de la grande diversité qu’elles représentent. C’est également une opportunité pour redoubler d’efforts pour aborder les questions d’exclusion, de discrimination et de pauvreté qui sont toujours la réalité quotidienne pour grand nombre de ces populations.

Vous pouvez consulter le message de M. Matsuura, en cliquant sur ce lien Fichier .

Source :