Diversité culturelle

Communiqués / Discours / Déclarations

Congrès de fondation de la Fédération internationale des coalitions pour la diversité culturelle, Séville (Espagne)

Les délégués de 37 coalitions nationales pour la diversité culturelle se sont rassemblés à Séville, en Espagne, les 18 et 19 septembre 2007, pour le congrès de fondation de la Fédération internationale des coalitions pour la diversité culturelle (FICDC).

Au cours de cette rencontre, les délégués de 37 pays ont décidé par un vote unanime de créer la FICDC et d’établir son siège social à Montréal (Canada) où se trouve déjà le siège de la Coalition canadienne pour la diversité culturelle. Dans un communiqué de presse émis le 20 septembre, Mme Solange Drouin, coprésidente de la Coalition canadienne pour la diversité culturelle et aussi directrice générale de l’Association québécoise de l’industrie du disque, du spectacle et de la vidéo (ADISQ) a déclaré : « La fondation de la Fédération représente un moment historique dans l’évolution du mouvement des coalitions. Nous sommes particulièrement heureux que nos collègues de partout dans le monde aient décidé d’établir le siège de la Fédération au Canada. »

Le communiqué précise également que les délégués au Congrès de Séville ont aussi convenu que la première réunion du conseil d’administration de la Fédération se tiendrait à Ottawa (Canada), juste avant la première réunion du Comité intergouvernemental pour la Convention de l’UNESCO, qui est prévue dans cette ville du 10 au 14 décembre 2007.

« La décision de créer la Fédération témoigne de la croissance remarquable de notre mouvement depuis les huit dernières années », a expliqué Mme Drouin qui a été élue au conseil d’administration de la Fédération.

« Mais plus important encore, cela signale notre reconnaissance du travail qui reste encore à accomplir pour maximiser le poids juridique et politique de la convention de l’UNESCO, » a-t-elle ajouté. « La réunion du Comité intergouvernemental à Ottawa sera une étape cruciale pour assurer que l’élan imprimé jusqu’ici à la campagne soit bien canalisé dans la phase de mise en œuvre afin de donner vraiment vie à la Convention. »

Entre-temps, poursuit le communiqué, « le travail de promotion d’une ratification plus large doit se poursuivre. Afin d’atteindre son plein potentiel, la Convention de l’UNESCO doit rapidement dépasser le cap des 100 ratifications, et atteindre ultimement le niveau des 150 ratifications, ce qui est l’étalon de tout accord international majeur. »

« La décision unanime, prise en juin à la première Conférence des Parties à la Convention, de choisir Ottawa comme hôte de la première réunion du Comité intergouvernemental représente clairement une reconnaissance du rôle de leader joué par le Canada dans la promotion de cette convention », a affirmé M. Jim McKee, directeur général de la Coalition canadienne et secrétaire général de la nouvelle Fédération. « Le Canada est maintenant en bonne position pour poursuivre son leadership dans ce dossier, et assurer une mise en œuvre efficace de la Convention. »

« De plus, il semble approprié que le siège de la Fédération soit situé à Montréal puisque le mouvement des Coalitions y a pris naissance », a ajouté Mme Drouin. « Depuis sa création, la Coalition canadienne a bénéficié d’un appui important et soutenu de la part du gouvernement du Canada et du Québec. Sans cet appui, l’émergence du mouvement des coalitions sur la scène internationale et sa transformation en Fédération légalement constituée n’aurait tout simplement pas été possible. »

Selon les termes de la Déclaration de fondation, les membres fondateurs confient à la Fédération internationale des coalitions pour la diversité culturelle le mandat de :

  • protéger et promouvoir la diversité des expressions culturelles partout dans le monde en encourageant un dialogue et une coopération internationale efficace dans les domaines culturels et un meilleur équilibre dans les échanges de biens et services culturels;
  • soutenir la création et la mise en œuvre de politiques culturelles nationales, régionales et internationales;
  • soutenir le processus de ratification de la Convention de l’UNESCO sur la protection et la promotion de la diversité des expressions culturelles (ci-après appelée "la Convention") qui, entre autres, établit une base juridique internationale au droit fondamental des États et des gouvernements de déterminer leurs politiques culturelles propres;
  • exiger une participation active de la Fédération dans la mise en œuvre de la Convention, notamment en l’associant aux travaux des organes de suivi de ladite Convention et en soutenant les actions qui renforcent son application aux niveaux national, régional et international;
  • renforcer la participation de la société civile sur le plan national, régional et international afin qu’elle s’implique concrètement dans toutes les étapes de la mise en œuvre de la Convention;
  • faire pression afin que tous les États et gouvernements s’abstiennent de tout engagement de libéralisation concernant l’échange des biens et services dans tous les secteurs culturels, qui pourrait être envisagé au cours de négociations commerciales bilatérales, régionales ou internationales.

Nous vous invitons à prendre connaissance de la Déclaration du Congrès de fondation de la FICDC, sur le site Internet de la Coalition canadienne pour la diversité culturelle.

Source :