Diversité culturelle

Communiqués / Discours / Déclarations

Discours de la ministre de la Culture et de la Communication de France à l’occasion du 70e anniversaire de la Fédération internationale des archives du film (FIAF)

Les travaux du 64e congrès de la Fédération internationale des archives du film (FIAF) se sont déroulés à Paris (France), à la Cinémathèque française, du 21 au 26 avril 2008. La FIAF, créée à Paris en 1938, fêtait ainsi ses 70 ans dans sa ville natale. Nous désirons porter à votre attention le discours prononcé à cette occasion par la ministre de la Culture et de la Communication de France, Mme Christine Albanel.

En ouverture, la ministre Albanel a déclaré : « Je suis très heureuse d’être parmi vous ce soir pour célébrer les 70 ans de la Fédération Internationale des Archives du Films (…). C’est un grand honneur pour la France d’accueillir cette semaine les 400 délégués de 80 nationalités différentes qui composent cette belle organisation internationale qu’est la FIAF. Tous partagent la même passion du cinéma et des trésors qu’il nous a légués depuis son invention. »

Mme Albanel a notamment tenu à souligner la grande importance que la France accorde à la conservation, à la restauration et à la diffusion du patrimoine cinématographique. À ce sujet, elle poursuit : « En témoigne l’implication très forte de l’État dans ce domaine, à travers les actions du CNC, de la cinémathèque française (dont les crédits ont été pratiquement doublés en quelques années), et l’association plus récente de la Bibliothèque nationale de France à la mise en valeur des archives françaises du film. »

Au sujet du patrimoine cinématographique, la ministre Albanel a entre autres précisé que « ce sont aussi des documents, parfois insignifiants à l’époque de leurs prises de vues, et qui sont devenus de précieux témoignages, comme une part ineffaçable de la mémoire des peuples et des civilisations. »

Mme Albanel a par la suite livré aux participants cet important message  : « Œuvres et documents du monde entier sont sous votre vigilante protection; vous en êtes les gardiens attentifs, et soucieux de leur diffusion, de leur découverte. Vous savez mieux que quiconque que ce patrimoine est aussi un bien matériel périssable et que toutes les technologies modernes doivent être mobilisées pour la restauration et la préservation de ce trésor artistique, menacé entre autres par le redoutable « syndrome du vinaigre ». Notre époque est, je crois, plus que jamais propice à une meilleure diffusion des œuvres du patrimoine, tout comme d’ailleurs à leur restauration et à leur fixation sur de nouveaux supports. C’est tout l’intérêt des travaux menés au sein de la FIAF que de suggérer les nouvelles façons de transmettre cette mémoire de l’humanité à des publics plus nombreux, dans le monde entier. »

Sur son site Internet, la FIAF précise qu’elle « regroupe les institutions les plus importantes en matière d'héritage cinématographique ». À leur sujet, la FIAF écrit : « Ces Affiliés sont les ardents défenseurs de cet art du 20ème siècle. Ils consacrent leurs activités à la sauvegarde, à la collection, à la préservation et à la projection des films, considérés tant comme des œuvres d'art que comme des documents historiques. » Lors de sa formation en 1938, la FIAF comptait 4 membres. Aujourd'hui, plus de 120 institutions situées dans plus 65 de pays récupèrent, restaurent et montrent des films et des documents relatifs à l'histoire du cinéma, de ses débuts jusqu'à nos jours. Le congrès de la FIAF a lieu chaque année dans l’un des 80 pays représentés au sein de la fédération.

Nous vous invitons à consulter la version intégrale du discours de la ministre Albanel sur le site Internet du ministère de la Culture et de la Communication de France.