Diversité culturelle

Communiqués / Discours / Déclarations

La journée mondiale de la diversité culturelle - Accomplissements et défis

Le 21 mai 2008, soulignant la Journée mondiale de la diversité culturelle, la Coalition canadienne pour la diversité culturelle a tenu à rappeler que la Convention de l'UNESCO sur la protection et la promotion de la diversité des expressions culturelles « reconnaît la nature spécifique des biens et services culturels et affirme en droit international la légitimité pour les États d'adopter des politiques culturelles - politiques qui permettent de garantir aux citoyens l'accès aux livres, aux films, à la musique, aux arts du spectacle ou à toute autre expression culturelle de leur territoire ainsi qu'à celles des autres pays du monde. » « En effet, souligne la Coalition, si un pays désire avoir des échanges culturels équilibrés avec ses partenaires, il doit compter sur une solide industrie culturelle nationale. »

En visite au Canada en cette semaine de mai, le Président de la Fédération internationale des Coalitions pour la diversité culturelle, M. Rasmané Ouedraogo, du Burkina Faso, a souligné « (…) le rôle majeur qu'ont joué les organisations professionnelles de la culture à travers le monde afin de gagner les appuis nécessaires pour l'adoption de la Convention de l'UNESCO et de maintenir entière cette mobilisation lors des premières étapes de la mise en œuvre de la Convention ». En cette matière, M. Ouedraogo a rappelé une des principales missions de sa Fédération, à savoir « de s'assurer que la voix des organisations culturelles soit prise en compte dans le processus de mise en œuvre de la Convention de l'UNESCO. »

La Coalition canadienne a en outre déclaré, qu’en se rendant à Montréal, le 21 mai, M. Ouedraogo « [est venu] non seulement saluer le travail majeur accompli jusqu'à présent dans la campagne pour la Convention mais aussi, rappeler que beaucoup reste à faire dans ce dossier. »

« Le processus de mise en œuvre de la Convention en est encore à ses débuts et la voix des artistes, des créateurs et des professionnels de la culture doit être clairement entendue », poursuit la Coalition canadienne pour la diversité culturelle. Pour que la Convention jouisse de tout son potentiel politique et juridique, la Coalition stipule que « les États devront être cohérents et promouvoir les principes et objectifs de la Convention dans d'autres forums internationaux, y compris lors de négociations commerciales ». De plus, la Coalition affirme que des efforts substantiels devront être fournis afin que le nombre d'États signataires dépasse le seuil des 150 ratifications – « un seuil comparable à celui des autres grands traités internationaux ».

La Coalition canadienne estime enfin que la coopération internationale « est également au cœur de cette Convention qui prévoit un Fonds International pour la diversité culturelle en faveur des pays en voie de développement afin de les appuyer dans la création de leurs propres industries culturelles et, en conséquence, de leurs propres politiques culturelles ». « On attend de la part des pays développés signataires une contribution équilibrée à cet égard », indique la Coalition. « Le Canada et le Québec, qui ont depuis le début fortement soutenu la Convention, ont annoncé, lors de la réunion du Comité intergouvernemental de la Convention en décembre dernier, qu'ils verseront respectivement 500 000 $ et 100 000 $ au Fonds. »

Nous vous invitons à consulter la version intégrale du communiqué de presse de la Coalition canadienne pour la diversité culturelle.