Diversité culturelle

Communiqués / Discours / Déclarations

OCDE : Le Ministère des Affaires étrangères et européennes veille à la prise en compte de la diversité culturelle dans les différentes enceintes internationales

En septembre 2011, la Coalition française pour la diversité culturelle a adressé une lettre au ministre du ministère des Affaires étrangères et européennes de la France ainsi qu'à ceux de la Culture et de l'Économie de ce pays, afin de les alerter des dangers d'un exercice mené par l'Organisation de Coopération et de Développement Économiques (OCDE) dans l'audiovisuel (Indice de la restrictivité des échanges de services (IRES)).

Le but de cet exercice étant d'établir une liste de l'ensemble des obstacles au commerce dans ce secteur, les mesures en faveur de la diversité culturelle telles que les quotas de diffusion d'oeuvres européennes, les aides au cinéma attribuées en fonction de critère de nationalité, etc. figureront dans cette liste.

La crainte de la Coalition française pour la diversité culturelle est qu'elle aboutisse à porter une appréciation négative sur ces mesures en faveur de la diversité culturelle, avec, à terme, le risque de remettre en cause les politiques culturelles existant dans les différents États membres de l'OCDE et de proposer la suppression de certaines mesures.

Le 24 octobre dernier, le directeur de cabinet du ministre des Affaires étrangères et européennes, M. Jérôme Bonnafont, a répondu à la Coalition en soulignant notamment ce qui suit :


[...]
« [Le] ministère [des Affaires étrangères et européennes] « s'attache à défendre sans relâche les principes et les valeurs contenus dans [la] Convention [sur la diversité des expressions culturelles de l'UNESCO] » et « veille scrupuleusement à leur prise en compte dans les différentes enceintes et accords internationaux dans lesquels la diversité culturelle est en jeu. » En effet, cette prise en compte des principes et objectifs de la Convention dans les autres enceintes internationales est conforme à l'article 21 de la Convention.

M. Bonnafont s'est également dit « très attentif à ce que l'exercice de l'OCDE ne heurte pas les principes de la Convention de l'UNESCO et à ce qu'il n'ait pas de conséquences susceptibles de nuire [aux] politiques [françaises] en faveur de la diversité culturelle ou aux intérêts [des] industries de ce secteur. »

Pour lire la lettre de M. Jérôme Bonnafont, directeur de cabinet du ministre des Affaires étrangères et européennes.

Pour lire les lettres envoyées par la Coalition française aux ministres français et pour une présentation de la conférence d'experts lançant l'exercice dans le secteur audiovisuel, veuillez consultez le dossier de la Coalition consacré à ce sujet sous l'article du 12 octobre 2011 intitulé : OCDE : Risques pour la diversité culturelle dans le secteur audiovisuel.

Source :