Diversité culturelle

Publications et études

Étude inédite sur la balance commerciale québécoise en matière culturelle

L’Observatoire de la culture et des communications du Québec (OCCQ) vient de publier une étude inédite intitulée La balance commerciale québécoise de produits culturels : arts de la scène, cinéma et télévision et livre, 2006 et 2007.

Selon les chiffres de l’OCCQ, le Québec affichait un déficit commercial de 343 millions de dollars en 2007 pour les produits de trois domaines culturels, soit les arts de la scène, le cinéma et la télévision et le livre. Les importations au Québec des produits des trois domaines culturels excédaient les exportations en 2006 et 2007.

Le communiqué de presse émanant de l’OCCQ souligne trois constats principaux :

« Les produits cinématographiques et télévisuels dominent les échanges

Les exportations de produits cinématographiques et télévisuels comptent pour plus de trois quarts des exportations culturelles mesurées dans l’étude et presque deux tiers des importations. En effet, on évalue les importations en cinéma et télévision à 530 M$ et les exportations à 388 M$. Pour leur part, les arts de la scène ont le commerce extérieur le plus faible. Ainsi, on estime les importations à 65 M$ et les exportations à 44 M$. Néanmoins, par rapport à la taille de chaque domaine, les échanges commerciaux des arts de la scène sont comparables à ceux du domaine du cinéma et la télévision. Proportionnellement, le domaine du livre se démarque avec un déficit plus prononcé que les deux autres domaines. En effet, les importations sont de 257 M$ et les exportations de 77 M$.

Commerce international plus important que le commerce interprovincial

Le commerce avec d’autres pays est plus volumineux que le commerce avec les autres provinces canadiennes, surtout en ce qui concerne les importations. Cela rappelle la situation générale du Québec pour qui deux tiers de tous les échanges commerciaux se font avec d’autres pays.

Positionnement de la production nationale

Malgré un déficit important, le Québec tire assez bien son épingle du jeu. D’une part, les spectacles d’ici et les services et émissions de télévision nationaux dominent sur le marché québécois, le marché du livre se partage en parts égales et les films québécois ont une plus grande emprise au Québec que les films nationaux dans certains pays. D’autre part, des indices variés présentés dans l’étude situent la proportion des activités hors Québec entre 10 % et 20 %, selon l’indicateur et le domaine. »

L’étude est disponible en français dans le site de l’OCCQ.

Source :