Diversité culturelle

Publications et études

« La relance imminente du Fonds international pour la promotion de la culture : risques d'incohérence et d'antagonisme »

L'article « La relance imminente du Fonds international pour la promotion de la culture : risques d'incohérence et d'antagonisme » vient de paraître dans l'édition du 3 septembre 2012 du bulletin Accords bilatéraux et diversité culturelle.

L'analyse de cet article se lit comme suit :

« L'initiative de l'UNESCO de relancer le fonctionnement du Fonds international pour la promotion de la culture (FIPC) nous amène à s'interroger sur les implications politiques et institutionnelles de cette action et le rapport que le FIPC entretiendra avec le Fonds international pour la diversité culturelle (FIDC). Le FIPC a été mis en place par l'UNESCO en 1974 avec pour mission principale de mettre en oeuvre des stratégies de développement culturel et de coopération culturelle internationale destinées aux pays moins avancés. Il est géré par un conseil d'administration composé de quinze membres désignés par le Directeur général et qui jouit d'une large autonomie intellectuelle et fonctionnelle au sein de l'organisation. Dès son origine, le FIPC a contribué à la promotion des activités culturelles des pays en développement et au financement des créateurs et artistes de ces pays. Cependant, il apparaît que son fonctionnement a reposé sur une approche « top-down » (descendante), que la formulation de ses objectifs a émané d'une autorité centrale et que ceux-ci ont parfois été déconnectés des besoins spécifiques des pays en voie de développement. Au bout de trente ans, le FIPC a cumulé une pléthore de problèmes structurels : crise de gouvernance et de gestion, ressources financières modestes, manque de visibilité, dispersion et impact isolé de ses activités. En 2006, l'UNESCO décide alors de suspendre son fonctionnement.

Toutefois, depuis un an et à la demande de certains États comme l'Algérie, Cuba, le Venezuela et l'Égypte, l'UNESCO examine la perspective de relancer le FIPC. Même si cette initiative apparaît majeure pour le développement culturel des pays moins avancés, nous devons nous poser trois questions. En premier lieu, le domaine d'intervention du FIPC et du FIDC semble être identique. Cela aurait sans doute comme résultat l'enchevêtrement de leurs activités et l'émergence d'un espace institutionnel ambivalent et fragmenté. La problématique qui se dégage concerne alors la complémentarité des orientations et des ressources de deux Fonds et leur mise en réseau. Cela est crucial car il est bien probable que dominent des logiques de concurrence, d'incohérence, et de dispersion des ressources. En deuxième lieu, dans une conjecture internationale défavorable suite à la crise persistante de la dette et du déficit public, la collecte des ressources destinées au FIPC est une entreprise aléatoire qui pourrait affaiblir le nombre des contributions reçues pour le FIDC. La relance du FIPC risque alors de créer une situation d'antagonisme entre les deux Fonds pour la possession de ressources financières qui ne semblent pourtant pas être abondantes. En troisième lieu, le processus de ratification de la Convention sur la diversité des expressions culturelles pourrait être perturbé par la mise en oeuvre du FIPC dans la mesure où cette dernière pourrait involontairement contourner la Convention de 2005. Pour cela, le FIPC devrait formuler des priorités et des domaines d'intervention distincts de ceux du FIDC et insister sur les contributions du secteur privé dans des projets innovateurs et sur l'implication plus accrue des industries culturelles des pays développés dans la question du développement culturel et de la coopération culturelle internationale. »

Pour lire l'intégralité de l'article en question, veuillez consulter le site Internet du Centre d'études sur l'intégration et la mondialisation.

Également, l'édition de septembre de Accords bilatéraux et diversité culturelle nous propose les sujets d'intérêt suivants :

Droits de propriété intellectuelle

  • L'ACTA rejeté par le Parlement européen
  • Accord commercial entre le Canada et l'Union européenne : préoccupations sur un retour de l'ACTA
  • Piratage numérique : initiatives privées et publiques

Industries culturelles

  • Parlement européen : débat sur l'avenir des industries culturelles européennes
  • L'industrie cinématographique britannique entre investissements hollywoodiens et financements européens

Actualités

  • Commission européenne : Conférence « Culture in motion »
  • MEDIA Mundus : Troisième appel à propositions
  • Prix diversité culturelle 2012 : Appel à candidatures.

Accords bilatéraux et diversité culturelle est réalisé par le Centre d'études sur l'intégration et la mondialisation (CEIM) pour l'Organisation internationale de la Francophonie.

Source :