Diversité culturelle

Publications et études

Pour une refondation du concept de diversité culturelle

François de Bernard – 17 mars 2003 – 2003/03/17

Face à l’inflation verbale croissante qui semble caractérisée la «diversité culturelle», M François de Bernard juge «indispensable de refaire de la diversité culturelle un concept, et de restituer à ce concept une dignité propre et exceptionnelle, résolument ancrée dans son horizon contemporain». En effet, l’auteur définit la diversité culturelle par cinq mots et soutient «qu’à l’aide de ces cinq repères, dans le faisceau qu’ils créent par leur combinaison, une redéfinition utile et pertinente peut advenir». Ainsi, la diversité culturelle est tour à tour diverse, culturelle, dynamique. Elle est une réponse et un projet aussi. D’abord, un projet théorique, ensuite un projet juridique. À ce titre, l’auteur relève que si on a parlé très vite d’un «instrument juridique» qui pourrait en traduire les objectifs dans les négociations commerciales et juridiques internationales, il s’agit bien plus de refaire du lien, et solide, entre les approches disciplinaires qui se sont ignorées ou dispersées, pour les faire convergerdans l’élaboration d’un corpus général de la diversité culturelle capable de répondre aux exigences actuelles de la scène diplomatique et commerciale multilatérale. L’auteur énonce également que la diversité culturelle est aussi un projet politique. Affirmant en outre qu’on a improvisé une «politique de la diversité culturelle» avant même de considérer sa philosophie ou son droit, l’auteur se demande alors si la diversité culturelle pourra aussi «devenir ce véritable projet politique qu’elle ne saurait éviter d’être, afin d’affirmer, de réitérer l’irréductibilité du grand domaine éducatif, linguistique et culturel à la sphère marchande, afin d’imposer de manière pérenne son exemption des règles normatives du droit commercial — afin de répondre trait pour trait à la stratégie de domination sans limite des compagnies privées "majeures" par une stratégie de domination sans réserve de l’intérêt général et public». [20] (Disponible en français et en anglais seulement)