Diversité culturelle

Publications et études

"La bataille de la diversité culturelle : une bataille, pas une guerre !"

M. Ivan Bernier, professeur émérite à la Faculté de droit de l’Université Laval, membre du comité d’experts indépendants de l’UNESCO, été 2004.

La diversité culturelle doit-elle faire l'objet d'une convention internationale de l’UNESCO ? Ou doit-elle rester du ressort de l’OMC ? Les enjeux concrets de cette bataille sont expliqués par le professeur Bernier dans ce No 3 des Tirés-à-part de la Société suisse des Auteurs (SSA). Partant de la genèse et de la nature du conflit, M. Bernier explique pourquoi il faut favoriser la diversité culturelle, d’une part, en décrivant l’OMC dans le cadre duquel la diversité culturelle est envisagée comme obstacle aux échanges commerciaux et, d’autre part, en analysant l’UNESCO qui envisage la diversité culturelle comme une fin en soi. Il soutient notamment que cette bataille de la diversité culturelle est encore loin d’être gagnée. Cependant, souligne-t-il, il s’agit d’une bataille, pas une guerre. À cet égard, écrit-il : «Outre l’argument du caractère protectionniste du projet de convention en discussion à l’UNESCO, les États-Unis risquent de faire valoir également que le projet va à l’encontre du principe de la libre circulation de l’information (exactement comme ils l’avaient fait dans les années 1970-1980 pour discréditer le projet de nouvel ordre mondial de l’information et de la communication mis en avant alors par l’UNESCO). Or l’objectif de la convention envisagée n’est pas de limiter la circulation de l’information, mais bien au contraire de permettre à chaque individu de participer à la vie culturelle de sa communauté, un droit fondamental reconnu à l’article 27 de la Déclaration universelle des droits de l’Homme.

Si le projet de convention sur la diversité culturelle devait échouer, le droit à l’expression culturelle devrait être discuté à l’avenir dans les seules instances à vocation commerciale. Les premiers affectés en seraient les créateurs et les auteurs eux-mêmes, qui verraient l’intervention de l’État en faveur du développement culturel de plus en plus restreinte par des considérations strictement commerciales». Dans ces circonstances, souligne-t-il, il n’est pas surprenant d’apprendre qu’un nombre croissant de coalitions nationales pour la diversité culturelle, regroupant des professionnels de la culture de différents horizons, se sont constituées ces dernières années dans le but de défendre, sur la scène nationale comme sur la scène internationale, la place et le rôle de l’expression culturelle en tant que langage de communication sociale. De fait, prévient-il, c’est seulement avec l’appui déterminé des professionnels de la culture que la "bataille de la diversité culturelle" pourra être gagnée.
En complément à cette étude, la contribution de M. Marc Wehrlin, directeur suppléant de l’Office fédéral de la Culture porte sur la position de la Suisse en matière de diversité culturelle. (Disponible en français et allemand) [79]