Diversité culturelle

Publications et études

Marché mondial du Film - Faut-il internationaliser le financement des films? - Situation de la production et de l’exploitation du film dans le monde

FOCUS 2004 – Observatoire européen de l’audiovisuel, Bruxelles, le 13 mai 2004 - 2004/05/13

Dans les statistiques qu'il vient de publier sur les Tendances du marché mondial du film, l'Observatoire européen de l'audiovisuel constate les bons résultats des films européens en 2003 sur leur marché national, mais peu de succès ailleurs. L’Observatoire indique que le volume de production de films a augmenté tandis que la fréquentation des salles de cinéma dans l'UE a régressé. Ainsi, c’est «954 millions de billets de cinéma (qui) ont été vendus dans les 25 États membres de l'Union européenne, soit une baisse de 4,4% par rapport à 2002».La part des films américains a progressé de 1,6% sur un marché en recul, alors que les films européens se sont mal exportés. Ce sont également «752 films (qui) ont été produits dans les 25 États membres de l'Union européenne en 2003, soit 25 films de plus (+ 3%) que l'estimation de 2002 (727 films)».Parmi les grands marchés, seule la France a vu son volume de production augmenter, avec un nouveau record de 212 films. L'Allemagne, l'Italie et l'Espagne ont souffert, en revanche, de la diminution du nombre de coproductions. Dans son édition du 10 mai 2004, Le Figaro titre que «L'Europe n'a toujours pas harmonisé le financement de son cinéma». Selon ce journal, «si le cinéma américain continue d'être largement dominant sur l'ensemble du continent, chaque pays membre tente de se doter de systèmes de financement permettant le renouveau de la cinématographie longtemps laissée en déshérence». Le journal souligne en outre que chaque pays d'Europe s’est doté d'un Centre national de la cinématographie (CNC), chargé de coordonner les systèmes d'aides et défendre les enjeux économiques et politiques respectifs, et que c'est l’existence de ces CNC et leur mobilisation qui ont permis, à la fin de l'année dernière, d'éviter la remise en question des aides au cinéma par la Commission européenne. Cependant, relève le journal, «cette solidarité européenne n'empêche pas une grande diversité des systèmes selon les pays» : dans les pays d'Europe du Nord, l'Angleterre, l'Allemagne ou le Benelux, par exemple, ce sont essentiellement des avantages fiscaux qui sont accordés aux producteurs dans la mesure où ces derniers tournent leurs films sur le territoire national. «Ce système, souligne le journal, présente l'avantage d'amortir 100% du budget d'un film durant l'année fiscale». En France et dans les pays d'Europe du Sud, ce sont principalement les télévisions qui sont mises à contribution par un système d'obligations alimentant des fonds de soutien chargés de partager équitablement le produit de ces taxes. [59] (Disponible en français et en anglais)