Diversité culturelle

Publications et études

"Diversité culturelle et Francophonie, dans l'espace francophone et à l'échelle mondiale" : Séance inaugurale du Haut Conseil de la Francophonie - Dossier préparatoire

Organisation internationale de la Francophonie (OIF), Paris, 19-20 janvier 2004 - 2004/01/19-20

La première réunion de travail du Haut Conseil de la Francophonie, qui s’est tenue à Paris du 19 au 20 janvier 2004, a porté sur le thème : "Diversité culturelle et Francophonie, dans l'espace francophone et à l'échelle mondiale". La Francophonie a voulu illustrer sa forte implication dans le projet de Convention sur la diversité culturelle en préparation à l’UNESCO, Convention qui, affirme-t-on, «aura des répercussions majeures sur le développement des industries liées à la culture». Cette rencontre s’est déclinée à travers plusieurs séances qui ont permis aux participants d’aborder des sujets tels que : "Diversité culturelle et Francophonie dans l'espace francophone: une apparente contradiction ?"; "Diversité culturelle et Francophonie à l'échelle mondiale : le difficile pari de l'ouverture et du dialogue". Dans sa note introductive, M. Christian Valantin, président du Haut Conseil, a déclaré que «les dynamiques à l’œuvre dans la mondialisation indiquent qu’il est urgent de définir des jalons et des repères assurés en s’appuyant sur une démarche en trois temps : clarifier le concept de culture fondant le dialogue entre les nations; promouvoir des stratégies à la hauteur du nouvel instrument normatif international concernant la diversité culturelle; identifier des pratiques concrètes à mettre en œuvre pour traduire dans la réalité vécue la dynamique plurielle requise. Les débats ont fait émerger trois grandes priorités susceptibles de favoriser réellement la diversité culturelle mondiale : conduire un vaste débat national et international, en commençant par les pays membres de l'OIF et avec les autres grandes aires linguistiques, sur l'équilibre acceptable entre identité refuge et dialogue des cultures, dans le cadre des valeurs universelles supérieures;  permettre la conduite de politiques publiques ou contractuelles de régulation des marchés des industries culturelles : audiovisuel, édition, cinéma, disques, chanson, en excluant les produits concernés des champs d’intervention de l’OMC (possibilité de subventionner et de maintenir des quotas). Pour cela, il faut surveiller les deux fronts : celui de l’Union européenne et celui de l’OMC, tout en essayant de faire adopter une convention à l’UNESCO;  favoriser l’émergence d’industries culturelles et de circuits de distribution au Sud. [43] (Disponible en français seulement)