Diversité culturelle

Publications et études

L'Avenir de l'OMC : Relever les défis institutionnels du nouveau millénaire

Conseil consultatif de l’Organisation mondiale du commerce (OMC) - Rapport au Directeur général, avril 2005 – 2005/04

Du 20 au 22 avril 2005, l'OMC a organisé à son siège à Genève (Suisse) son Symposium public annuel sous le thème : “L'OMC dix ans plus tard : Problèmes mondiaux et solutions multilatérales”. Ce symposium a coïncidé cette année avec le dixième anniversaire de l’organisation. Les représentants des gouvernements, des parlements, de la société civile, des entreprises, des milieux universitaires et des médias qui ont participé à ce symposium ont été invités à faire part de leurs analyses et de leurs réflexions sur ces dix dernières années et à discuter des défis futurs auxquels l'Organisation doit faire face. À cette occasion, le Directeur général de l'OMC, M. Supachai Panitchpakdi, a déclaré : « l'objectif du symposium est de susciter un débat public stimulant sur l'avancement de nos travaux et sur ce que l'on attend de l'OMC et de ses gouvernements Membres. Les réalisations au sein du système commercial multilatéral, ces dix dernières années, ont été importantes mais il nous reste encore un certain nombre de défis à relever, notamment l'achèvement des négociations dans le cadre du Programme de Doha pour le développement, qui exigent la participation et le soutien actifs de tous nos partenaires. J'espère donc qu'une évaluation honnête et approfondie de nos dix premières années d'existence et de nos perspectives d'avenir contribuera à renforcer le soutien politique en faveur du Programme de Doha pour le développement et du système commercial multilatéral. J'invite les participants au symposium public à nous faire part de leurs réflexions et de leurs idées sur les orientations futures ».

Le Symposium 2005 a notamment comporté des séances de travail spécifiques de haut niveau sur le rôle économique, juridique et institutionnel de l'OMC, ainsi que des séances de travail consacrées aux principales questions faisant actuellement l'objet de négociations dans le cadre du Cycle de Doha. Le rapport du Conseil consultatif du Directeur général, intitulé “L'avenir de l'OMC: Relever les défis institutionnels du nouveau Millénaire, a constitué une base de discussion intéressante. Les autres sujets abordés ont été les suivants: commerce et développement, accès aux marchés pour les produits non agricoles, et commerce et environnement. Dans les principales conclusions et recommandations de ce Rapport, le Conseil consultatif se dit « très préoccupé par la prolifération actuelle des accords commerciaux préférentiels. Il n’est pas convaincu par les arguments économiques avancés en leur faveur et craint tout particulièrement que le traitement préférentiel devienne simplement une récompense pour des gouvernements poursuivant des objectifs sans rapport avec le commerce. Selon le Conseil, les gouvernements doivent faire preuve de modération ou ils risquent de nuire davantage au système commercial multilatéral ».

En matière de coopération avec d’autres organisations intergouvernementales, le Conseil souligne que « l’élaboration et l’interprétation des règles de l’OMC concernent uniquement les Membres de l’organisation et qu’il faudrait éviter toute ingérence extérieure en la matière. L’OMC ne fait pas partie du système des Nations Unies, et ne devrait pas en faire partie. L’OMC est une organisation sui generis et le statut d’observateur devrait être accordé uniquement sur la base de la contribution potentielle au rôle de l’OMC en tant qu’instance de négociation commerciale ».

Comme cela a été le cas au cours des précédents symposiums, beaucoup de temps a été laissé aux représentants des gouvernements, de la société civile et des parlements pour qu'ils organisent leurs propres activités durant le symposium. À cet égard, le Réseau international pour la diversité culturelle (RIDC) a organisé le 20 avril un séminaire sur le thème : Trade in Cultural Goods and Services: Assessing the Compatibility between WTO trade rules and UNESCO's cultural diversity convention. [05-13]