Diversité culturelle

Publications et études

"Culture, intégration et renaissance africaine"

Union Africaine (UA/AU), Nairobi, Kenya, le 4 décembre 2005 – 2005/12/04

La Commission de l’Union Africaine organise en collaboration avec le gouvernement du Kenya, la première édition de son Congrès culturel panafricain et la 5e session ordinaire de la Conférence des ministres africains de la Culture, du 4 au 14 décembre à Nairobi au Kenya. Sur le thème: Culture, intégration et renaissance africaine. Les participants aborderont de nombreux sujets tels que, entre autres: le développement culturel; la dimension culturelle du développement et les enjeux économiques de la culture; l’Afrique et la coopération culturelle internationale; les politiques culturelles en Afrique; la culture africaine et les nouvelles technologies de l’information et de la communication.

Dans cette perspective, les objectifs et résultats attendus du congrès sont les suivants: réunir des experts, des professionnels et des décideurs gouvernementaux, pour que, ensemble, ils fassent une revue critique des principaux secteurs qui, depuis plus de cinquante ans, ont mobilisé, les acteurs du développement culturel, partagent leurs expériences, donnent de nouvelles orientations, et formulent des recommandations; prendre la mesure des grands enjeux et défis culturels qui interpellent l’Afrique face à la mondialisation, et définir des stratégies pour aller de l’avant; disposer, secteur par secteur, de documents de synthèse et donner aux créateurs et aux producteurs, qui sont au cœur de l’action, un cadre référentiel et une perspective plus large qui dépassent leurs horizons sectoriels respectifs; contribuer au développement conséquent des productions culturelles africaines de qualité pour entreprendre la conquête de nouveaux marchés; revisiter le thème du développement culturel, afin que la contribution de la culture au développement global à travers le NEPAD soit plus conséquente; explorer les possibilités et les avantages qu’offrent les NTIC aux initiatives sectorielles et globales; contribuer à un renouvellement des études africaines dont certaines sont passablement délaissées au profit presque exclusif des productions ayant une valeur économique; disposer d'éléments pour une réorientation des politiques culturelles africaines sur la base des études proposées et des expériences échangées; proposer une esquisse de politique et de programme culturels à l’intention des futures décideurs de l’UA.

Les conclusions de ces assises seront présentées à la session spéciale de l’Assemblée des chefs d’État et de gouvernement prévue en janvier 2006 à Khartoum au Soudan.