Diversité culturelle

Publications et études

Address by mr koïchiro matsuura, director-general of the united nations educational, scientific and cultural organization (unesco) at the opening of the 167th session of the executive board

Paris, 15 September 2003 – 2003/09/15

Au nom des promoteurs de la question de l’élaboration d’une Convention sur la diversité culturelle à l’UNESCO, qui figure à l’ordre du jour de la prochaine Conférence générale, M. Matsuura a indiqué que ceux-ci expriment : leur inquiétude face aux risques d’uniformisation qu’une offre de produits culturels de plus en plus homogénéisée fait courir sur l’imaginaire des générations futures, et partant sur leur créativité; leurs craintes de voir marginalisées des expressions culturelles précieuses faute de moyens adéquats pour les promouvoir;  leur souhait que soit reconnue la valeur intrinsèque de ces expressions, même si elles n’ont pas de valeur marchande. Partant du constat qu’aujourd’hui, la jeunesse du monde partage les mêmes idoles musicales, les mêmes modes vestimentaires, les mêmes jeux vidéo, M. Matsuura souligne notamment que c’est l’un des effets les plus visibles de la mondialisation : «Plutôt que de le déplorer, nous devons y voir une formidable opportunité pour faire circuler, partout dans le monde, les idées, les sons, les images propres à chaque culture, et ce afin d’enrichir et de diversifier l’offre culturelle globale. Nous devons aussi y voir le moyen pour chaque culture de s’exprimer, d’échanger, et de tirer les bénéfices d’un dialogue plus que jamais nécessaire». Par conséquent, déclare-t-il, «c’est cette préoccupation que nous devrons garder à l’esprit au moment de l’examen de cette question». Selon M. Matsuura, «ce sont autant de sujets qu’il faut savoir aborder en toute franchise, parce qu’ils constituent des enjeux majeurs pour l’avenir. Et c’est même cela la grande valeur ajoutée de l’UNESCO : la franchise. Chaque nation peut s’y exprimer avec franchise, exposer ses options, ses choix, ses craintes. Parce que les sujets dont elle traite se posent à l’échelle mondiale, leur traitement ne pourra être légitime et efficace que s’il est le fruit d’une concertation, d’un dialogue et d’un accord à l’échelle mondiale». Disponible en anglais et en français seulement)