Diversité culturelle

Publications et études

"Il faut dans l’immédiat améliorer ce qui existe et compléter notre cadre normatif commun sur les Droits de l’Homme et la diversité culturelle" - Entretien avec Dominique de Villepin

Revue Politique Internationale, numéro 102, 55 p., 13 février 2004 - 2004/02/13

«Le monde sera-t-il celui de purs rapports de force ou celui du respect des cadres multilatéraux et des responsabilités collectives? Sera-t-il celui d'une culture aseptisée et nivelée ou celui de la diversité? Sera-t-il celui de respect des autres ou celui de la confrontation violente fondée sur l'extrémisme religieux ou nationaliste? Sera-t-il celui d'un développement maîtrisé ou celui d'une mondialisation effrénée?» Dans un entretien conduit par M. Patrick Wajsman, directeur de la revue Politique Internationale, M. Dominique de Villepin, ministre français des Affaires étrangères, relève que ces questions sont au cœur de la diplomatie française et se posent en de nombreux endroits du globe. Il déclare notamment qu’un consensus existe autour des "objectifs du millénaires" dont la diversité culturelle figure au nombre des priorités que doit se donner la communauté internationale. Affirmant que la mondialisation révèle une face positive : «celle de la recherche de l'unité et du partage, d'une conscience de ce qui unit les hommes, d'une meilleure compréhension entre les peuples», il relève une face sombre de la mondialisation qui comporte également: «un risque d'uniformisation et d'appauvrissement culturel du monde». C’est donc pourquoi la mondialisation devient «un véritable enjeu politique» car, déclare M. de Villepin, «il existe désormais des intérêts collectifs à défendre qui dépassent les capacités des seuls États, du défi de l'éducation et de la connaissance au défi de la santé ou au défi de la préservation des biens publics mondiaux». Pour relever ces défis, soutient-il, «nous devons nous doter d'une gouvernance mondiale capable d'édicter et de faire respecter les normes dont le monde global a besoin: c'est aujourd'hui la mission du politique que d'en permettre l'avènement au service de l'intérêt collectif du monde». Pour ce faire, «Il faut dans l'immédiat améliorer ce qui existe et, en l'occurrence, compléter notre cadre normatif commun sur les Droits de l'Homme, la diversité culturelle, les sciences et techniques du vivant, la bonne gouvernance. Ensuite, développer une nouvelle approche dans le traitement des menaces et des crises». Sur le thème de la diversité culturelle, M. de Villepin relève que de nombreux pays partagent les mêmes interrogations que la France : «comment concilier l'attachement à des cultures et des identités millénaires et la volonté de modernité et d'ouverture au monde?». Selon lui, l'ambition de la France, c'est d'être présente aux côtés de ces pays pour relever ces défis; c'est d'être, en Europe, leur partenaire privilégié; c'est de puiser dans les affinités historiques et humaines, qui nous unissent, les capacités de façonner ensemble un monde meilleur. [47] (Disponible en français seulement)